•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le documentaire Rural Renaissance, ou le pari réussi de la restauration d’Annapolis

Une ville un peu délavée.

La plus ancienne ville du Canada a perdu une partie de son charme dans les années 1970 et 1980.

Photo : Rural Renaissance

Radio-Canada

Annapolis Royal, en Nouvelle-Écosse, a connu des temps difficiles dans les années 1970. Le documentaire Rural Renaissance: How Canada’s Oldest Town Reinvented Itself montre comment la plus vieille ville du Canada a toutefois réussi à se redresser.

Fondée au XVIIe siècle, la ville était un véritable dépotoir il y a 40 ans.

Partout à Annapolis Royal, la peinture des bâtiments s’écaillait et les mauvaises herbes poussaient à travers le béton.

Les résidents soucieux de l'époque se sont alors réunis et ont formé l’Annapolis Royal Development Commission. Se sont joints à eux des conseillers municipaux, des groupes de défense du patrimoine et des associations commerciales.

Ensemble, ils ont mis en place un plan pour sauver la ville.

Le plan prévoyait entre autres la restauration de 29 façades historiques, agissant comme stimulant de l’économie de la ville.

De plus, une installation de bateau a été créée — le Boat Haul-Up —, ainsi que les jardins historiques d’Annapolis Royal, le marché des fermiers Farmers and Traders et le sentier pédestre près de la rivière.

40 ans plus tard, ces projets demeurent toujours les principaux moteurs économiques de la ville, et c’est grâce aux efforts de ses résidents de 1970 que la beauté historique a été restaurée.

Une équipe passionnée

C’est la fondatrice et directrice générale du petit fonds d’investissement Annapolis Investments in Rural Opportunity, Jane Nicholson, qui a décidé de produire ce film après avoir éprouvé une fascination face aux changements qu’a connus la ville.

Le réalisateur local Andrew Tolson et le recherchiste Wilfred Allan se sont penchés de près sur le travail de l'Annapolis Royal Development Commission, documenté dans ce film.

Une photo des années 1970 où l'on voit un vieux théâtre en ruine et une voiture devant celle-ci. Un écriteau minuscule : Phil's Pizza.

Le théâtre King a ouvert ses portes en 1921, mais il est tombé en ruine dans les années 1970 et était uniquement occupé par le restaurant Phil's Pizza.

Photo : Rural Renaissance

Je voulais faire voir que, si tout le monde s’y met, de grands changements sont possibles. C’est ce qui s’est passé ici, dans notre petite ville, affirme Andrew Tolson.

Il ajoute en exemple qu’à la fin des années 1970, le théâtre King, qui fête ses 100 ans cette année, avait été réduit à une pizzeria délabrée.

Les jardins historiques d'Annapolis

Lorsqu’elle était adolescente, Trish Fry a obtenu son premier emploi aux jardins historiques d’Annapolis Royal. Le lieu venait d’ouvrir officiellement, et Trish Fry y tondait le gazon.

Elle affirme que les végétaux révèlent beaucoup l’histoire de la région. La forêt de pins rappelle, selon Trish Fry, la colonisation préeuropéenne.

Nous avons une zone acadienne datant d’environ 1671, et nous avons le jardin du gouverneur, qui date du milieu du XVIIe siècle, lorsqu’Annapolis Royal était encore la capitale de la Nouvelle-Écosse, ajoute-t-elle.

La ville possède également un jardin victorien et un jardin innovant très fréquentés par les touristes.

Une ombre au tableau

L’arrivée du documentaire en ce moment n’est pas anodine. Une nouvelle fois, Annapolis Royal fait face à des difficultés économiques. La fermeture imminente d’une centrale marémotrice locale de la Nova Scotia Power y est pour quelque chose.

Andrew Tolson croit cependant que le documentaire montre qu’il est possible de surmonter les périodes difficiles.

Un adulte et deux enfants sur un sentier pédestre près d'une rivière.

Le sentier pédestre près de la rivière Annapolis est un lieu populaire.

Photo : CBC

Que pouvons-nous faire et pouvons-nous travailler ensemble?, demande-t-il à ses concitoyens. Sans excès de paperasserie et avec de l’honnêteté, vous pouvez réaliser beaucoup de choses.

La première de Rural Renaissance sera présentée à guichets fermés ce week-end au théâtre King. Le film y sera projeté de nouveau le 3 octobre.

Les billets sont gratuits et on peut se les procurer sur le site Internet ou à la billetterie de l’établissement.

Avec les informations de Jon Tattrie de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !