•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Débordée par la COVID, la Colombie-Britannique n’a pas les moyens d’aider l’Alberta

Bien que l’Alberta se trouve dans une situation assez critique, la Colombie-Britannique n’est pas loin derrière, rappellent des experts.

Sept médecins entourent un patient dans une chambre d'hôpital.

Des médecins venus d'Ontario entourent un patient atteint de la COVID-19.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

Le portrait pandémique en Colombie-Britannique ne lui permet pas, à l’heure actuelle, d’envoyer du personnel médical en Alberta, qui demande l’aide des autres provinces pour soulager son réseau de la santé engorgé.

La Colombie-Britannique n’a pas les ressources nécessaires pour aider l’Alberta, soutient le ministre de la Santé, Adrian Dix.

Étant donné les demandes actuelles sur le système de santé de la Colombie-Britannique, nous ne serons pas en mesure d'aider à prendre des patients pour le moment, ajoute-t-il.

Un signal d’alarme pour la Colombie-Britannique

Bien que l’Alberta se trouve dans une situation assez critique, la Colombie-Britannique n’est pas loin derrière, rappelle Caroline Colijn, titulaire d'une chaire de recherche en modélisation des agents pathogènes à l'Université Simon Fraser. D’après ce que je vois, nos soins intensifs n’ont pas cette capacité.

Nous sommes au bord du précipice et, si nous prenons des patients albertains dans une région qui connaît une augmentation de la COVID, cela ajoutera du poids sur nos soins intensifs et notre capacité à offrir des soins de santé, affirme-t-elle.

Un travailleur de la santé dans une unité de soins intensifs.

La Colombie-Britannique connaît elle aussi une recrudescence des cas de COVID-19.

Photo : AHS

Le Dr Don Wilson, qui a déjà travaillé en Alberta, est inquiet pour [ses] collègues. Travaillant maintenant en Colombie-Britannique, il déplore que les mesures aient été tardives en Alberta et croit qu’il faut que la Colombie-Britannique soit proactive et ne se contente pas de réagir comme l'a fait la province voisine.

C’est un signal d’alarme pour la Colombie-Britannique, affirme-t-il.

Nous avons dit à l'Alberta que, s'il y a des choses que nous pouvons faire pour la soutenir, nous le ferons. Si nous pouvons prendre des patients à l'avenir, nous le ferons.

Une citation de :Adrian Dix, ministre de la Santé de la Colombie-Britannique

Les communautés frontalières mises à mal

Les effets de la crise albertaine se font déjà sentir en Colombie-Britannique, en particulier dans les communautés frontalières, selon le député provincial de Peace River South, Mike Bernie.

L’hôpital majeur le plus proche de Dawson Creek, qui connaît un important taux d’infection à la COVID-19, se trouve à Grande Prairie, dans la région de Rivière-la-Paix, en Alberta, qui a un des pires taux de vaccination au pays.

Bon nombre de ces communautés frontalières dépendent de l’Alberta pour des soins immédiats et urgents. C’est plus rapide et plus simple de se rendre en Alberta, explique Mike Bernie.

Étant Canadiens, nous voulons nous aider. S’il y a une occasion d’aider notre province voisine, nous voulons le faire. Toutefois, nous devons réduire notre propre nombre [de cas] avant de pouvoir aider les autres provinces , conclut-il.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !