•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Sherbrookois mécontents du tracé proposé pour le prolongement de Mi-Vallon

Pancarte du boulevard René-Lévesque à Sherbrooke.

Le prolongement du boulevard Mi-Vallon à Sherbrooke est réclamé depuis des années par des citoyens et élus.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des citoyens de Sherbrooke présents lors d'une consultation virtuelle, jeudi soir, se sont opposés au tracé proposé par la Ville pour le raccordement du boulevard Mi-Vallon au boulevard René-Lévesque.

Ces citoyens déplorent principalement que les rues Majorelle et Molinari, qui sont pour l'instant des culs-de-sac, soient raccordées au prolongement du boulevard Mi-Vallon. 

À l'origine, quand on s'est bâti ici, on s'est assuré que les rues ne déboucheraient jamais. Maintenant, pourquoi prendre le risque d'augmenter le trafic sur de petites rues? a demandé un résident du secteur lors de la consultation. 

Lui et plusieurs autres qui ont pris la parole disent craindre pour leur quiétude et la sécurité de leurs enfants qui sont nombreux dans le quartier. 

Meilleure répartition de la circulation sur le territoire 

Pour sa part, la Ville de Sherbrooke fait valoir que ce tracé est le seul possible. L'ouverture de Mi-Vallon sur René-Lévesque va permettre d'alléger les quartiers qui sont très touchés par la circulation de transit, affirme Caroline Gravel. 

Cette dernière rappelle d'ailleurs que les études de circulation suggèrent que le débit de circulation diminuera de 30 % sur la rue Barton. Les rues Mégantic et Malherbe devraient, elles aussi, ressentir cet allégement de la circulation. 

Les rues qui reçoivent 3000 ou 5000 véhicules par jour ont aussi des enfants et l'objectif de la Ville de Sherbrooke, c'est de rééquilibrer le partage des inconvénients sur l'ensemble du territoire.

Une citation de :Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines de la Ville de Sherbrooke

Pour sa part, le boulevard Mi-Vallon verra une augmentation de sa circulation dans la même proportion. Selon Caroline Gravel, cette circulation demeurera tout de même plus faible qu'avant la construction du boulevard René-Lévesque. À l'époque, plus de 11 000 voitures circulaient chaque jour sur Mi-Vallon. 

En contrepartie, ces mêmes études indiquent de faibles augmentations de circulation sur les rues Majorelle et Molinari.

Le fait d'ouvrir les rues Majorelle et Molinari sur le boulevard Mi-Vallon va permettre de distribuer un peu plus le trafic. Selon les scénarios évalués par la firme privée, on parle d'une trentaine de maisons qui pourraient choisir d'y circuler pour aller prendre le boulevard René-Lévesque, donc les estimations sont infimes par rapport à ce que d'autres rues vivent, assure Caroline Gravel. 

Une décision qui reste à être entérinée par le conseil municipal

Plusieurs habitants ont également voulu savoir si la Ville avait un plan B et si ce tracé était final. 

La conseillère municipale Annie Godbout a répondu spontanément à cette question en affirmant que la décision restait à prendre dans le dossier. Il n'y a pas de décision qui a été prise là. Il n'y a pas un élu qui a pris position là-dessus, ce sont les élus qui décident, donc c'est un projet qui n'est pas décidé, a-t-elle martelé. 

Le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, a lui aussi rappelé que la Ville demeurait à l'étape de consultation publique. 

Il n'y a eu aucune décision prise au conseil municipal. Je veux dire aux citoyens que je suis là pour écouter ce soir. Et suite aux commentaires, nous reviendrons avec les services et il y aura décision avec le conseil municipal.

Une citation de :Steve Lussier, maire de Sherbrooke

La conseillère municipale et candidate à la mairie Évelyne Beaudin a toutefois rappelé que les élus avaient déjà approuvé ce tracé lorsqu'il a été présenté au conseil municipal. Elle a indiqué que la consultation de jeudi soir visait plutôt à entendre les personnes concernées afin de mettre en place pour elles des mesures d'atténuation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !