•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un prêt tourne au cauchemar pour deux Drummondvillois

Des mains tapent sur un clavier d'ordinateur.

Des Drummondvillois qui tentaient de se sortir d’une situation financière précaire ont été victimes de fraude. (Archives)

Photo : iStock

Radio-Canada

Après s'être vu refuser un prêt bancaire classique, deux hommes de Drummondville se sont tournés vers un prêteur privé aux apparences sérieuses qu’ils ont trouvé sur Internet en août. En tentant d’obtenir de l’argent, ils ont plutôt fini avec encore plus de dettes.

L’idée était de s’arranger pour régler le plus de dettes possible pour avoir seulement un versement qui passe dans notre compte chaque mois, explique Francis Fournier, l’une des deux victimes.

Dans l’espoir d’obtenir un prêt de 3000 $ à 4 % d’intérêt, ils ont déboursé 875 $ sur un site web nommé emprunts-rapide. Ils n'ont cependant pas reçu d'argent en échange.

Il y a eu un montant de 200 $ qui a été demandé en premier pour une assurance bancaire. Par la suite, un montant de 300 $ qui était demandé pour la légalisation du contrat. Ils nous avaient dit que le dépôt allait être fait dans la même journée. Là, ils sont revenus en disant que le directeur financier de l’entreprise demandait un montant de 375 $ pour certifier le montant qui allait être envoyé, explique M. Fournier.

Après avoir contacté l’Office de la protection du consommateur, les deux hommes ont conclu être victimes de fraude. Il n’y a d’ailleurs aucune trace de l'entreprise emprunts-rapide ni de son dirigeant dans le Registraire des entreprises du Québec.

Selon la Sûreté du Québec, l’adresse indiquée sur le site web du prétendu prêteur, qui dit être situé à Gaspé, n’existe pas.

Il a été impossible pour Radio-Canada d’obtenir une entrevue avec l'un des responsables du site web.

En levant le voile sur leur histoire, les deux Drummondvillois veulent éviter une telle mésaventure à leurs concitoyens et lancer un message à ceux qui les ont volés.

Ne niaisez pas les gens qui ont de la misère. Le monde qui sont dans la misère et demandent un prêt, c’est qu’ils en ont vraiment besoin, martèle Sylvain Desnoyers, le deuxième homme victime de fraude.

Parallèlement à leur tentative de récupérer leur argent avec l’aide de l’Office de la protection du consommateur, les deux hommes ont l’intention de déposer une plainte à la police.

Avec les informations de Jean-François Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !