•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La campagne électorale municipale se prépare à Gatineau

La devanture d'un édifice municipal de la Ville de Gatineau.

La Maison du citoyen de Gatineau (archives)

Photo : Hugo Bélanger

Radio-Canada

La campagne électorale municipale s’amorcera vendredi à Gatineau. La présidente du scrutin commencera à recueillir les dépôts officiels des candidatures à compter de 8 h 30. Les candidats auront jusqu’au 1er octobre pour soumettre leur candidature.

La cheffe d’Action Gatineau, Maude Marquis-Bissonnette, a d’ailleurs lancé sa campagne jeudi, et elle a dévoilé les grandes lignes de son programme orienté vers l’environnement et le développement durable.

Le parti propose une campagne verte et souhaite que Gatineau devienne un leader en environnement en Amérique du Nord.

La cheffe d'Action Gatineau et candidate à la mairie de Gatineau, Maude Marquis-Bissonnette, au lancement de campagne.

La cheffe d'Action Gatineau et candidate à la mairie de Gatineau, Maude Marquis-Bissonnette

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Pour y arriver, il va falloir revoir nos pratiques, la façon dont on prend des décisions, croit Mme Marquis-Bissonnette.

Action Gatineau propose que toutes les décisions de l’appareil municipal passent le test climat qui va être administré par le Bureau de la transition écologique parce qu’il va falloir qu’elles démontrent comment est-ce qu’elles contribuent à la lutte aux changements climatiques, a-t-elle poursuivi.

En plus de chiffrer ses engagements électoraux, la cheffe de parti souhaite calculer leurs émissions de gaz à effet de serre par le dépôt d’un cadre climatique.

Quand on prend des engagements, on les chiffre d’un point de vue comptable. Là, on va les chiffrer d’un point de vue climatique, a-t-elle mis de l’avant.

Autrement dit, on va vous dire exactement pour chaque engagement combien est-ce qu’il y a d’émission de gaz à effet de serre qu’on va émettre et combien on va réduire.

Une citation de :Maude Marquis-Bissonnette, cheffe d'Action Gatineau et candidate à la mairie de Gatineau

La vision de Mme Marquis-Bissonnette comprend aussi la création d’un office de consultation publique. Le logement, la culture et le transport font également partie des grandes lignes de la plateforme du seul parti politique municipal de Gatineau.

Une représentation féminine

Les détails des engagements électoraux d’Action Gatineau seront connus au cours des prochaines semaines. Le parti a effectué 18 des 19 assemblées d’investiture et a souligné sa composition majoritairement féminine.

Ça prend des femmes pour recruter des femmes en politique. […] Ce qui est important à la table du conseil municipal, c’est que tout le monde soit représenté, a ajouté Mme Marquis-Bissonnette. Historiquement, les lieux politiques ont été beaucoup dominés par les hommes.

Du côté des autres candidats à la mairie de Gatineau, Jacques Lemay compte être le premier à officialiser sa candidature vendredi matin, mais il ne fera pas de lancement de campagne officiel.

Selon lui, l’un des principaux enjeux de l’élection sera les infrastructures telles que les piscines et les arénas. C’est inconcevable que des gens qui sont dans des secteurs doivent aller au bout de la Ville pour avoir des services qu’on dit de proximité, croit-il.

Un homme sourit à la caméra.

Jacques Lemay, candidat à la mairie de Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

France Bélisle, Jean-François LeBlanc et Rémi Bergeron n’ont quant à eux pas encore annoncé la date de lancement de leur campagne respective.

Du retard pour recruter le personnel électoral

Le recrutement de personnel électoral pour le scrutin municipal du 7 novembre accuse du retard à Gatineau.

Seulement la moitié des 1600 postes à pourvoir de scrutateurs, réviseurs et préposés à l’accueil ont trouvé preneurs jusqu’à présent.

À ce temps-ci de l’année, quand on est à la veille du début de la période électorale, on a un peu plus de gens qu’on a réussi à recruter pour le personnel électoral, explique la présidente de l’élection de Gatineau, Geneviève Leduc.

Même si elle ne s’inquiète pas, Mme Leduc espère tout de même pouvoir recruter le nombre suffisant d’employés d’ici la date du scrutin.

On met tout en œuvre pour solliciter les gens de venir travailler aux élections. On passe le message que de venir travailler aux élections, ça va être sécuritaire et agréable, assure-t-elle.

Je ne suis pas trop inquiète, mais il ne faudrait pas que ça continue dans ce sens-là.

Une citation de :Geneviève Leduc, présidente de l’élection de Gatineau

Son bureau entend d’ailleurs communiquer avec les associations citoyennes, étudiantes et de retraités pour recruter le personnel nécessaire.

En raison de la pandémie, une journée additionnelle de vote par anticipation a été ajoutée cette année, sans compter que le vote par correspondance sera permis pour les 70 ans et plus. Ces nouvelles mesures nécessitent un plus grand nombre d’employés.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !