•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qualité des soins aux Résidences Jodin : « Je suis très inquiète »

Gros plan sur la main d'une dame âgée qui tient un bol de nourriture.

Un repas dans un foyer de soins du Nouveau-Brunswick (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le syndicat qui représente les travailleurs du foyer de soins Les Résidences Jodin, à Edmundston au Nouveau-Brunswick, dénonçait en début de semaine un manque de main-d’oeuvre qui, dit-il, affecte lourdement la qualité des soins dans l’établissement. La fille d'un résident du foyer de soins d'Edmundston témoigne du manque criant de personnel.

C’est inacceptable et c’est honteux, lançait Chantal Montreuil, présidente de la section locale 5108 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui représente ces travailleurs.

La fille d’un résident des Résidences Jodin affirme avoir constaté un manque flagrant d’employés dans les unités de soins.

Monique Ouellette, une infirmière à la retraite, soutient qu’il manquait plusieurs préposés la fin de semaine dernière lorsqu’elle s’est rendue au foyer de soins pour y visiter son père et son beau-père.

Une femme assise à l'extérieur devant un micro de Radio-Canada.

Monique Ouellette.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Je promenais mon père dans le corridor et j’ai vu mon beau-père qui était tout étiré pour essayer d’aller se chercher du manger dans son assiette, qui était un peu à l’écart. C’est là qu’une préposée est rentrée et s’est excusée. "On est juste deux aujourd’hui" [...] Alors elle a dit : "on fait ce qu’on peut", raconte Mme Ouellette.

Son père, âgé de 93 ans, qui vit aux Résidences Jodin depuis trois ans, a mangé de la nourriture froide, se désole Monique Ouellette.

Je suis très inquiète, surtout que je ne vois pas de pistes de solution.

Une citation de :Monique Ouellette, fille d'un résident

L’ancienne infirmière refuse de blâmer le personnel des Résidences Jodin.

Elle pointe plutôt l'inaction du gouvernement du Nouveau-Brunswick.

Je ne sens pas du gouvernement une démarche structurée pour faire en sorte qu’on ait suffisamment de gens pour combler les besoins, déclare Mme Ouellette.

Le ministère du Développement social du Nouveau-Brunswick a affirmé dans un courriel, mercredi, que les foyers de soins représentaient une priorité du gouvernement, qui a annoncé dans son récent budget une augmentation annuelle de 15 millions de dollars pour les soins de longue durée.

L’objectif promis est d’augmenter les heures de soins dans les foyers du Nouveau-Brunswick à 3,3 heures par résident d'ici avril 2022.

Or, la moyenne d’heures de soins directs par résident est plus près de 1,8 heure par jour aux Résidences Jodin, plutôt que les 2,9 heures requises actuellement, selon Chantal Montreuil, la présidente de la section locale 5108 du SCFP.

L'entrée du foyer de soins Les Résidences Jodin, d'Edmundston.

L'entrée du foyer de soins Les Résidences Jodin, d'Edmundston.

Photo : Radio-Canada

Selon le préposé aux soins Jason St. Onge, qui est vice-président de cette section, il n’y avait la semaine dernière que 2 travailleurs pour 30 résidents, alors qu’il en faudrait selon lui au moins 5 pour répondre à la tâche.

Réagissant aux récriminations du syndicat, le directeur général de l’Association des foyers de soins du Nouveau-Brunswick (AFSNB), Michael Keating, a concédé qu'une pénurie de travailleurs touchait ces établissements, partout à travers la province.

Il a ajouté qu’il y avait un niveau d’absentéisme élevé aux Résidences Jodin, mais que le problème relevait surtout du manque de personnel disponible pour les remplacements.

D’après le reportage de Bernard LeBel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !