•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 17 septembre, journée d’action contre la violence sexuelle faite aux femmes

Une femme dont le visage est caché par ses mains en premier plan, paume droite sur poing gauche.

Des CALACS de la région projetteront le documentaire « La parfaite victime » dans le cadre de la Journée d'action contre la violence faite aux femmes. (Archives)

Photo : iStock

La Journée d'action contre la violence sexuelle faite aux femmes a lieu ce vendredi 17 septembre.

Le CALACS Abitibi invite la population à voir le documentaire La parfaite victime en soirée au Cinéma Amos.

Selon l'organisme, 56 personnes ont eu recours à ses services, en hausse de 3 % par rapport à l'an passé.

Une quarantaine de personnes ont consulté l'organisme pour la première fois, dont 18 de moins de 18 ans.

L'intervenante communautaire Andréane Brouard rappelle que toutes les femmes ne se lancent pas nécessairement dans un processus judiciaire.

Ce n'est pas toutes les femmes ou adolescentes qui vont se tourner vers un processus judiciaire. Ce n'est pas facile, il y a des enjeux réels qui sont reliés à ça et ça demande beaucoup d'énergie, et ce n'est pas tout le monde qui a la force d'affronter le système judiciaire, dit-elle.

Le CALACS L'Étoile du Nord de Val-d'Or a aussi noté une hausse de la clientèle adolescente, mais peu nombreuses sont les victimes qui se tournent vers le système de justice.

L'intervenante Mélanie Manseau espère d'ailleurs que le système va s'adapter pour une meilleure prise en charge des victimes.

Une femme distribue un dépliant du projet « Ouvrons les portes ».

Mélanie Manseau, du CALACS L'Étoile du Nord (archives)

Photo : Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

Les personnes qui viennent chercher des services, souvent, ça va être de pouvoir raconter leur histoire, d'être crues, qu'il y ait une reconnaissance de ce qui s'est passé et les conséquences que ça a eues sur leur vie. Et il y a beaucoup de femmes qui viennent se comprendre et normaliser ce qu'elles ont vécu, parce qu'on se remet souvent en question, dit-elle.

On amène aussi les femmes à reprendre du pouvoir sur leur vie et sur la société, parce que les agressions sexuelles sont un problème de société, ajoute l'intervenante.

Le documentaire La parfaite victime, réalisé par Monic Néron et Émilie Perreault, sera aussi projeté vendredi soir à la salle Félix-Leclerc de Val-d'Or.

Il suit des victimes d’agression sexuelle dans les arcanes du système judiciaire québécois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !