•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Empêcher les cellules de vieillir pour combattre le cancer

Représentation artistique de cellules sénescentes.

Les cellules sénescentes (représentées ici en vert) ne fonctionnent plus, mais peuvent émettre des signaux inflammatoires aux cellules qui les entourent. Ces cellules sont impliquées dans un certain nombre de maladies liées à l'âge.

Photo : Clinique Mayo

Radio-Canada

Un complexe enzymatique capable d’empêcher les cellules de vieillir a été découvert pour la première fois par des scientifiques québécois.

Ce complexe nommé HTC (de l’anglais hydride transfer complex) reprogramme le métabolisme et permet de maîtriser la sénescence cellulaire.

Les chercheurs Gerardo Ferbeyre, Sebastian Igelmann (de l’Université de Montréal) et Ivan Topisirovic (Université McGill) affirment que leur découverte permet d'espérer la création de nouvelles thérapies contre le cancer.

Sénescence 101

  • Les cellules vieillissantes finissent par cesser de se diviser (répliquer), c’est la sénescence cellulaire.
  • Ce processus physiologique entraîne une lente dégradation des fonctions de la cellule à l'origine du vieillissement des organismes.
  • La sénescence est provoquée par le raccourcissement des télomères (les extrémités des chromosomes), par le stress oxydatif ou par un dommage génétique, qui peut être soit aigu, soit simplement dû au fait que la cellule devient vieille.

Surprise au laboratoire

La plupart des principaux cycles métaboliques ont été identifiés il y a plus de 50 ans. La découverte des chercheurs Gerardo Ferbeyre, Sebastian Igelmann (UdM) et Ivan Topisirovic (McGill) est donc inattendue.

 Nous l’avons découvert en effectuant une analyse métabolomique de pointe, c’est-à-dire l’étude des processus chimiques du métabolisme cellulaire, affirme le Pr Ivan Topisirovic dans un communiqué publié par le Centre de recherche du CHUM.

Empêcher les cellules de suffoquer

 Le HTC protège les cellules de l’hypoxie, un manque d’oxygène qui entraîne normalement leur mort, explique le Pr Gerardo Ferbeyre.

Mais ce complexe peut aussi être détourné par des cellules cancéreuses pour améliorer leur métabolisme. Ces cellules malignes résistent ainsi à un environnement hypoxique, ce qui leur permet de proliférer.

Dans leurs travaux, les chercheurs ont montré qu’une modulation du complexe peut influer sur le développement d’un cancer.

 Le plus intéressant, c'est que l’inhibition de ces enzymes a stoppé la croissance des cellules cancéreuses de la prostate, ajoute le Pr Ferbeyre. Cela sous-entend que le HTC pourrait être une cible privilégiée pour développer de nouvelles thérapies contre une multitude de cancers, dont le cancer de la prostate.

Les chercheurs veulent maintenant mieux cerner le HTC en décrivant avec précision et en haute résolution sa structure pour concevoir des médicaments capables de moduler ses fonctions.

Des cellules porteuses d’espoir

Lorsqu’elles ont été observées pour la première fois, les cellules sénescentes étaient considérées comme inutiles et inoffensives. Toutefois, dans la dernière décennie, des chercheurs ont établi des liens entre celles-ci et le cancer, la maladie de Parkinson, le diabète, l'arthrite et les maladies cardiaques.

D’autres recherches ont aussi montré que l'élimination des cellules sénescentes chez les souris vieillissantes prolongeait leur durée de vie saine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !