•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : l’Alberta pourrait envoyer des patients en Ontario

Une médecin masquée et en blouse jaune devant une civière sur laquelle est étendue un patient.

La Dre Ayesha Khory se prépare à intuber un patient souffrant de la COVID-19 dans une unité de soins intensifs. (Leah Hennel/AHS)

Photo : AHS

L'Alberta demande l’aide des autres provinces pour soulager son réseau de la santé débordé, car elle pourrait ne plus avoir assez de soignants pour ses unités de soins intensifs d'ici une dizaine de jours.

En dernier recours, certains patients pourraient être transférés en Ontario, a déclaré jeudi Verna Yiu, la présidente de Services de Santé Alberta.

Je ne saurais trop insister sur la gravité de la situation dans nos hôpitaux, a déclaré Mme Yiu lors d'une conférence de presse.

L'Ontario a gracieusement offert son aide et nous sommes en pourparlers avec lui en ce qui concerne le transfert potentiel de patients si nécessaire, a dit Verna Yiu.

La médecin Verna Yiu s'adresse aux médias.

L'Alberta connaît une situation sans précédent dans ses hôpitaux en raison de la COVID-19.

Photo : Gouvernement de l'Alberta

L’Alberta a annulé des milliers d’opérations chirurgicales pour répondre à la pression grandissante. Services de Santé Alberta travaille actuellement à augmenter le nombre de lits disponibles aux soins intensifs et indique que des salles d'opération pourraient être converties en chambres pour patients aux soins intensifs.

Il y a actuellement 896 patients souffrant de la COVID-19 qui sont hospitalisés dans la province, dont 222 aux soins intensifs.

Cette quatrième vague cause la plus forte augmentation de patients en soins intensifs que nous ayons vue depuis le début de la pandémie.

Nous avons demandé à nos équipes de définir et d'ouvrir tous les espaces pouvant être utilisés comme lit de soins intensifs. Cela inclut des espaces tels que les salles d'opération, les unités de soins post-anesthésie, les espaces d'observation et les salles de récupération, a ajouté la Dre Yiu.

Cela signifie que les patients nécessitant des soins intensifs pourraient les recevoir dans des espaces qui ne sont généralement pas utilisés pour les soins intensifs. Nous prenons des mesures pour nous assurer que cela est fait de manière sécuritaire, compte tenu des circonstances extraordinaires.

Des infirmières s’occupent d’un patient dans un hôpital.

La majorité des patients hospitalisés actuellement ne sont pas complètement vaccinés contre la COVID-19.

Photo : AFP / Cole Burston

Mme Yiu a également déclaré qu'AHS avait du mal à trouver suffisamment de travailleurs de la santé pour combler les quarts de travail, en particulier dans les unités de soins intensifs.

Nous déployons du personnel, a-t-elle déclaré. Nous embauchons du personnel qui a suivi une formation en soins intensifs dans le passé et les réintégrons dans le système. Nous avons accéléré la formation en soins intensifs afin de pouvoir transférer le personnel régulier dans les soins intensifs.

Les soins intensifs dans l’ensemble de la province sont actuellement occupés à 86 %, malgré le report de milliers d’opérations chirurgicales et l’ajout de 137 lits aux soins intensifs pour accueillir les patients ayant la COVID-19.

De l’aide d’autres provinces

Outre l’Ontario, l’Alberta a aussi demandé à d'autres provinces si elles sont en mesure d'accueillir des patients aux soins intensifs ou si du personnel qualifié pourrait être envoyé en renfort pour travailler dans les unités de soins intensifs.

Une discussion doit avoir lieu jeudi entre l’Alberta et le Manitoba. Le premier ministre par intérim du Manitoba, Kelvin Goertzen, a déclaré en point de presse jeudi matin que la province n’avait pas reçu de demande officielle de l’Alberta, mais qu'elle était ouverte à l’idée d’apporter une aide, tant qu’elle le pourrait.

Il y a aussi des plans pour contacter le Québec et une autre province.

Une citation de :Verna Yiu, présidente de Services de Santé Alberta

Pour le moment, la Saskatchewan, qui vient d’ajouter de nouvelles restrictions en raison de la hausse des cas de la COVID-19, n'a pas la capacité de recevoir des patients supplémentaires aux soins intensifs venant de l'extérieur de la province, a déclaré un porte-parole de son ministère de la Santé.

La Colombie-Britannique n’a pas non plus actuellement les ressources nécessaires pour aider l’Alberta, a expliqué son ministre de la Santé, Adrian Dix.

Étant donné les demandes actuelles sur le système de santé de la Colombie-Britannique, nous ne serons pas en mesure d'aider à prendre des patients pour le moment. Cependant, nous avons dit à l'Alberta que, s'il y a des choses que nous pouvons faire pour la soutenir, nous le ferons. Et si nous pouvons prendre des patients à l'avenir, nous le ferons, a indiqué Adrian Dix.

Nouveaux protocoles de triage

Verna Yiu a aussi confirmé qu'AHS se prépare à adopter au besoin de nouveaux protocoles de triage, mais qu’ils seront un dernier recours.

Le protocole de triage pour les soins critiques (Critical Care Triage Protocol) est un document de 52 pages élaboré par AHS qui décrit la façon dont doivent fonctionner les unités de soins intensifs qui n'ont plus les ressources nécessaires pour soigner tous les patients.

Le document n’a pas été utilisé à ce jour en Alberta, mais il a été révisé en mai dernier.

Nous faisons cela parce que le nombre de patients nécessitant des soins intensifs continue d'augmenter rapidement. Le nombre de patients ayant la COVID-19 aux soins intensifs a augmenté de 29 % au cours des sept derniers jours seulement, a déclaré Verna Yiu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !