•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois jours consécutifs sans nouveau cas de COVID-19 en Abitibi-Témiscamingue

Une femme s'apprête à entrer dans la clinique de vaccination contre la COVID-19.

La plupart des personnes infectées par le virus depuis le 18 juillet n’étaient pas adéquatement protégées, selon le CISSS de l'Abitibi-Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Radio-Canada

L’Abitibi-Témiscamingue en est à la troisième journée consécutive sans nouveaux cas confirmés de COVID-19.

Le nombre de cas actifs est en diminution dans la région. Des neuf cas actifs, sept figurent au bilan du Témiscamingue. Les deux autres sont enregistrés dans la Vallée-de-l’Or et à Rouyn-Noranda.

Des personnes infectées pas adéquatement vaccinées

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) recense 74 cas confirmés de COVID-19 depuis le début de la 4e vague établie au 18 juillet.

Les données montrent que 84 % des 74 personnes infectées par la COVID-19 n’avaient pas eu deux doses de vaccin contre le virus au moment de recevoir leur résultat de dépistage.

La direction du CISSS-AT avait aussi affirmé le mois dernier que la plupart des personnes infectées à la COVID-19 lors des deux premières semaines d’août n’avaient pas reçu le vaccin.

De plus, l’évolution du nombre de cas préoccupants présenté par l’Institut national de santé publique du Québec indique que 17 cas de coronavirus associés au variant Delta ont été décelés par les méthodes de détection des variants.

Le CISSS-AT rappelle que la vaccination contre la COVID-19 permet de protéger la population. Aucune hospitalisation n’a été signalée lors de la diffusion du dernier bilan.

Par ailleurs, avec le retour des virus de l'automne, la santé publique note une hausse des dépistages.

Nous avons constaté une augmentation des dépistages de 60 % entre la dernière semaine et cette semaine. Heureusement, le taux de positivité est de zéro dans les derniers jours. Toutefois, on constate qu'il y a beaucoup de demandes parce qu'il y a beaucoup de personnes qui présentent des symptômes des autres virus, ce qui fait en sorte que des fois, il peut y avoir une attente pour avoir accès au dépistage, explique la Dre Omobola Sobanjo, médecin-conseil à la santé publique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !