•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démission d’une 9e infirmière à l’hôpital de Roberval

L'entrée principale de l'hôpital de Roberval.

L'hôpital de Roberval est en pleine tourmente en raison d'une série de démissions.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une neuvième infirmière de l’hôpital de Roberval a choisi de quitter le navire et a remis sa démission mercredi. Elle travaillait au département de chirurgie.

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean confirme ce nouveau départ au sein de son personnel.

Cette démission survient alors que la situation dans l’établissement est plus tendue que jamais. Au cours des dernières semaines, huit autres infirmières et infirmières auxiliaires ont quitté leurs fonctions en raison des conditions de travail.

Rappelons que le département des soins intensifs de l’hôpital de Roberval est fermé depuis près de deux semaines en raison de la pénurie de main-d'œuvre.

Des mesures spéciales

Le CIUSSS a annoncé une série de mesures pour tenter d’endiguer la crise qui sévit. Des finissantes en soins infirmiers seront dirigées à l’hôpital de Roberval en priorité.

Un plan de réorganisation temporaire a aussi été adopté et une modulation de certains secteurs d’activités a été faite.

Selon la présidente par intérim du Syndicat des professionnelles en soins du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Julie Boivin, le temps presse pour que des solutions soient mises en place. Le CIUSSS a quand même fait des sorties publiques en disant à la population de Roberval et aussi au personnel qui y travaille qu’ils veulent leur redonner leur hôpital d’avant, souligne-t-elle. J'espère que ça va arriver rapidement ces mesures-là parce que du moment où tu as réussi à garder des gens avec un minimum d'espoir de solutions, il faut qu'elles arrivent rapidement ces solutions. J'espère juste que dans la prochaine semaine ou l'autre, qu’elles vont atterrir ces solutions-là parce que je ne pense pas que, passé un mois ou deux mois, les gens qui sont en réflexion vont attendre.

Québec évalue également la possibilité de nommer des personnes responsables et imputables à la direction des hôpitaux, selon la ministre Andrée Laforest.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !