•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5 questions aux candidats dans Saint-Maurice–Champlain

La Cité de l'Énergie.

La circonscription de Saint-Maurice–Champlain comprend notamment la Ville de Shawinigan, la MRC des Chenaux, la MRC de Mékinac, les secteurs Sainte-Marthe-du-Cap et Saint-Louis-de-France à Trois-Rivières ainsi que La Tuque, Wemotaci et Opitciwan, indique Élections Canada.

Photo : Radio-Canada

Les candidats des cinq principaux partis de la circonscription de Saint-Maurice-Champlain ont répondu à quelques-unes de nos questions afin de vous permettre d'en savoir davantage sur leur vision de la société en vue du scrutin du 20 septembre.

Nous avons soumis les questions aux candidats des quatre principaux partis en leur imposant un nombre de mots maximal pour chaque réponse.

1. Pourquoi souhaitez-vous être député?

Valérie Bergeron assise sur un banc.

Valérie Bergeron, 23 ans, est la candidate néo-démocrate dans Saint-Maurice-Champlain.

Photo : Gracieuseté de l'équipe de la candidate

Valérie Bergeron : Parce que je souhaite apporter des changements positifs dans la société, qui pourront aider les gens dans leur quotidien. J’aspire à une société plus juste et inclusive, qui ne laisse personne derrière. L’enseignement peut être une façon de changer les choses petit à petit, la politique en est une autre.


Le visage de Jacques Bouchard, dehors.

Jacques Bouchard, 64 ans, est le candidat conservateur dans Saint-Maurice–Champlain.

Photo : Gracieuseté de l'équipe du candidat

Jacques Bouchard : Je souhaite représenter les électeurs du comté de Saint-Maurice-Champlain afin de les aider à solutionner des problèmes de compétences fédérales et à obtenir l’aide à laquelle ils sont en droit de s’attendre.


Jacynthe Bruneau dehors, devant un micro.

Jacynthe Bruneau, 48 ans, est la candidate bloquiste dans Saint-Maurice-Champlain.

Photo : Radio-Canada

Jacynthe Bruneau : *J’ai toujours été au service des gens, autant comme infirmière que dans mon travail syndical. Je crois en la démocratie et que c’est par la politique que nous pouvons faire évoluer notre société. Je souhaite être députée afin d’être présente pour les gens de ma circonscription et faire prospérer ma région.


Le visage de François-Philippe Champagne.

François-Philippe Champagne, 51 ans, est le candidat libéral dans Saint-Maurice-Champlain.

Photo : Gracieuseté de l'équipe du candidat

François-Philippe Champagne : J’ai toujours eu le goût de servir et mettre à contribution mes connaissances, mon expérience et mon énergie pour être la voix des citoyens et citoyennes de la Mauricie. Pour moi, l’essence de la politique c’est la proximité avec les gens et de faire une différence dans leur vie de tous les jours.


Le visage de Marie-Claude Gaudet.

Marie-Claude Gaudet est la candidate verte dans Saint-Maurice-Champlain.

Photo : Gracieuseté de l'équipe de la candidate

Marie-Claude Gaudet : Je souhaite être députée pour changer les choses. Je crois que les élus, peu importe à quel niveau, ont le pouvoir de faire une différence.


2. Quel emploi occupiez-vous au moment de vous lancer en politique?

  • Valérie Bergeron : Je suis enseignante de français langue seconde.
  • Jacques Bouchard : Retraité de la fonction publique fédérale
  • Jacynthe Bruneau : Infirmière et vice-présidente du syndicat des professionnelles en soins FIQ de la Mauricie et du Centre-du-Québec.
  • François-Philippe Champagne : Avocat de formation, j’ai travaillé pendant plus de 20 ans au sein de grandes entreprises en Europe.
  • Marie-Claude Gaudet : Je suis conseillère en sécurité financière.

3. À quels deux problèmes propres à votre circonscription souhaitez-vous vous attaquer si vous êtes élu?

Valérie Bergeron (NPD) : *La lutte contre la pauvreté, qui passerait entre autres par l’assurance-médicaments universelle, par plus de logements sociaux et abordables et par une relance économique en taxant les ultra riches. Ensuite, la réconciliation avec les Autochtones, dont les Atikamekw, est un enjeu prioritaire pour moi. Après consultation avec les communautés, des programmes fédéraux pourraient être mis sur pied.

Jacques Bouchard (PCC) : *Je souhaite pendant mon mandat créer un guichet unique regroupant l’ensemble des ministères à vocation économique et communautaire afin de faciliter l’accès aux programmes d’aide aux citoyens et entreprises. Je m’engage à participer aux tables de concertations régionales et piloter les demandes consensuelles à Ottawa. Je suis conscient de l’importance de nos emplois au Centre fiscal de Shawinigan.

Jacynthe Bruneau (BQ) : *La condition de vie de nos aînés : notre région est l’une des plus âgées au Québec. Le  vivre et vieillir  dans la dignité repose d’abord sur des revenus décents. Je souhaite aussi travailler à maximiser le potentiel économique et environnemental de notre filière forestière en Haute-Mauricie. Il est important et urgent que le gouvernement accroisse son engagement envers la filière forestière.

François-Philippe Champagne (PLC) : Protéger les emplois du Centre fiscal de Shawinigan. Les employés de Revenu Canada ont été parmi les premiers à lever la main pour assurer la mise en œuvre de programmes d’aide pendant la pandémie. Pénurie de main-d’œuvre. Pour plusieurs entreprises c’est une question de survie. La solution passe par la formation, l’immigration et des incitatifs pour garder les gens actifs sur le marché du travail.

Marie-Claude Gaudet (PVC) : *La région souffre de la pauvreté. Le Parti vert du Canada propose depuis depuis plusieurs années un revenu de subsistance garanti. Ce revenu de base couvrirait les dépenses essentielles de base comme la nourriture et le logement. Il faut repenser les transports en commun en milieu rural et investir pour étendre les services et infrastructures dans ce domaine.


4. Quel enjeu d’envergure nationale vous tient particulièrement à coeur?

Valérie Bergeron (NPD) : *La lutte contre la crise climatique, car les effets se font sentir aujourd’hui et la plus jeune génération, dont je fais partie, a peur pour son avenir.

Jacques Bouchard (PCC) : *Le respect des champs de compétence du Québec est primordial. Redonner le plein pouvoir en matière d’immigration au Québec et la reconnaissance de la nation québécoise passe par des actions concrètes.

Jacynthe Bruneau (BQ) : *C’est sans contredit la nécessité d’augmenter substantiellement les transferts en santé. On ne le dira jamais assez : la santé est la priorité des Québécois. Ottawa doit faire sa juste part.

François-Philippe Champagne (PLC) : L’environnement! On a mis en place des politiques où l’environnement a toute sa place. Je pense que la meilleure façon de bâtir l’économie de demain, c’est de miser sur l’économie verte.

Marie-Claude Gaudet (PVC) : *Il est inconcevable que les enjeux climatiques n'aient pas été au coeur de la campagne électorale. Le Parti vert du Canada réclame une approche non partisane et collaborative face à l'urgence climatique.


5. Si un vote libre devait avoir lieu sur ces enjeux, comment voteriez-vous?

  • Pour ou contre le droit à l’avortement?

Valérie Bergeron : Pour

Jacques Bouchard : Pour, je crois que les femmes sont libres de disposer de leur corps.

Jacynthe Bruneau : Pour

François-Philippe Champagne : Pour

Marie-Claude Gaudet : Pour, c'est un droit acquis.


  • Pour ou contre un contrôle plus sévère des armes à feu?

Valérie Bergeron : Pour

Jacques Bouchard : Pour

Jacynthe Bruneau : Pour, le nombre de crimes commis par arme ne cesse d’augmenter au Québec

François-Philippe Champagne : Pour

Marie-Claude Gaudet : Pour


  • Pour ou contre la vaccination obligatoire contre la COVID-19?

Valérie Bergeron : Pour, nous privilégions les accommodements plutôt que les mises à pied.

Jacques Bouchard : Contre, mais on doit éduquer avec respect les Canadiens qui sont réfractaires.

Jacynthe Bruneau : Pour, idéalement, tous devraient volontairement se faire un devoir d’y avoir recours.

François-Philippe Champagne : Pour, pour les employés fédéraux et pour prendre l’avion, le train, etc.

Marie-Claude Gaudet : Contre, je crois en l'efficacité des vaccins, mais je suis contre la vaccination obligatoire.

* Certaines réponses ont dû être raccourcies, parce que les candidats avaient dépassé de manière significative le nombre maximal de mots permis. Cette possibilité leur avait été présentée au moment de leur envoyer le questionnaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !