•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5 questions aux candidats dans Trois-Rivières

Des gens qui marchent au centre-ville de Trois-Rivières.

La circonscription de Trois-Rivières comprend « la partie de la ville de Trois-Rivières constituée des secteurs de Cap-de-la-Madeleine, de Trois-Rivières et de Trois-Rivières-Ouest », indique Élections Canada.

Photo : Radio-Canada

Les candidats des cinq principaux partis de la circonscription de Saint-Maurice–Champlain ont répondu à quelques-unes de nos questions afin de vous permettre d'en savoir davantage sur leur vision de la société en vue du scrutin du 20 septembre.

Nous avons soumis les questions aux candidats des quatre principaux partis en leur imposant un nombre de mots maximal pour chaque réponse.

1. Pourquoi souhaitez-vous être député?

Le haut du corps et le visage de Martin Francoeur.

Martin Francoeur, 48 ans, est le candidat libéral dans Trois-Rivières.

Photo : Gracieuseté de l'équipe du candidat

Martin Francoeur : J’ai choisi de me porter candidat avec l’équipe libérale pour redonner à Trois-Rivières une voix forte à Ottawa et pour permettre aux Trifluviens de continuer à avancer plutôt que de revenir en arrière. Je veux être un député proche des citoyens et travailler pour eux, concrètement et humainement.


Le visage d'Andrew Homan.

Andrew Holman, 40 ans, est le candidat vert dans Trois-Rivières.

Photo : Gracieuseté de l'équipe du candidat

Andrew Holman : Je me présente aux élections afin que les citoyens de la circonscription de Trois-Rivières puissent choisir un candidat qui priorise les enjeux des changements climatiques. Il est plus que temps d’agir pour que ma génération et celle de mes enfants puissent espérer un avenir.


Yves Lévesque sur la terrasse de l'Amphithéâtre Cogeco.

Yves Lévesque, 63 ans, est le candidat conservateur dans Trois-Rivières.

Photo : Gracieuseté de l'équipe du candidat

Yves Lévesque : Pour redonner à Trois-Rivières la force de représentation qu'elle mérite à Ottawa. Je veux conclure les grands dossiers importants qui trainent depuis trop longtemps.


Adis Simidzija assis à une table dehors en face d'une personne.

Adis Simidzija, 32 ans, est candidat néo-démocrate dans Trois-Rivières.

Photo : Gracieuseté de l'équipe du candidat

Adis Simidzija : Je souhaite donner une voix à celles et ceux qui n’en ont pas à Ottawa. Trois-Rivières est aux prises avec différents problèmes reliés à la pauvreté. Les autres partis nient le problème. Moi, je souhaite amener un vent de changement et prouver qu’on peut faire les choses autrement.

Le haut du corps et le visage de René Villemure.

René Villemure, 59 ans, est le candidat bloquiste dans Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / Gracieuseté de l'équipe du candidat

René Villemure : *Tout au long de ma carrière en éthique, j’ai eu de nombreuses opportunités de conseiller des législateurs dans plusieurs pays. Après avoir passé toutes ces années en soutien aux élus, j’ai choisi de faire un pas de plus et de mettre mes compétences au service des Trifluviens.


2. Quel emploi occupiez-vous au moment de vous lancer en politique?

  • Martin Francoeur : Journaliste (éditorialiste) pour le quotidien Le Nouvelliste.
  • Andrew Holman : Je suis représentant manufacturier pour le secteur de la réfrigération.
  • Yves Lévesque : Capitaine de navire de la marine marchande.
  • Adis Simidzija : Directeur général de l’organisme à but non lucratif Des livres et des réfugié-e-s.
  • René Villemure : Éthicien, c’est-à-dire un conseiller spécial auprès de gouvernements, d’États et de conseils d’administration en matière d’éthique.

3. À quels deux problèmes propres à votre circonscription souhaitez-vous vous attaquer si vous êtes élu?

Martin Francoeur (PLC) : Favoriser l’accès au logement abordable et augmenter l’offre de logements sociaux. Trois-Rivières fait face à des défis importants et il faut aider les jeunes familles, les aînés et les personnes vulnérables à se loger convenablement. Bâtir une économie locale forte en s’attaquant à la pénurie de main- d’œuvre, en soutenant nos entreprises et en améliorant la qualité de vie des travailleurs.

Andrew Holman (PVC) : Je crois que ce sont les accords mondiaux et l’action au niveau fédéral qui ont le plus grand impact sur les changements climatiques, et un député devrait prioriser ces dossiers. Cependant, j’aimerais travailler à ce que Trois-Rivières améliore son réseau de transport collectif, encourage les gens à l’utiliser et développe rapidement un programme de compostage.

Yves Lévesque (PCC) : Le dossier de la pyrrhotite qui traine et qui fait souffrir des familles, plus de 1700 à ce jour avec un potentiel de 3500. Trouver des solutions et moyens pour stopper les déversements d'eaux usées dans le fleuve.

Adis Simidzija (NPD) : Des centaines de personnes qui attendent depuis des années pour avoir accès à un logement social et abordable. Le NPD propose de construire 500 000 logements sociaux et abordables, Trois-Rivières aura sa part. L’autre problème auquel il faut s’attaquer c’est l’insécurité alimentaire. Depuis le début de la pandémie, il y a eu une augmentation de près de 50 % des demandes d’aide alimentaire à Trois-Rivières.

René Villemure (BQ) : *La compensation des victimes de la pyrrhotite : je crois que les litiges actuels ne font pas le tour de la question. Les victimes de la pyrrhotite devraient également tenir responsables les entités gouvernementales qui ont émis les normes en matière de qualité. Je poursuivrai également les efforts afin d’identifier les édifices gouvernementaux inutilisés en vue de les convertir en logements sociaux.


4. Quel enjeu d’envergure nationale vous tient particulièrement à coeur?

Martin Francoeur (PLC) : L’environnement et la lutte contre les changements climatiques. La relance économique post-pandémie doit se faire en ayant toujours en tête cette préoccupation. Le Canada doit donner l’exemple.

Andrew Holman (PVC) : Nous n’avons aucune excuse de ne pas être des leaders dans la lutte contre les changements climatiques. Réduire nos émissions de carbone est la chose la plus importante que nous devons faire.

Yves Lévesque (PCC) : Se doter d'un plan de reprise économique post-pandémie incluant la mise en place de mécanismes pour prévenir une autre pandémie.

Adis Simidzija (NPD) : La lutte aux changements climatiques. C’est l’enjeu du siècle. On doit prendre des actions drastiques pour changer les choses. L’une d’elles consiste à couper les subventions aux pétrolières.

René Villemure (BQ) : Le déclin du français au Québec me préoccupe au plus haut point. Les gouvernements doivent faire davantage afin de préserver notre langue, notre culture et notre identité.


5. Si un vote libre devait avoir lieu sur ces enjeux, comment voteriez-vous?

  • Pour ou contre le droit à l’avortement?

Martin Francoeur : Pour, en 2021, les droits des femmes ne devraient pas faire l’objet de débats.

Andrew Holman : Pour, les femmes ne devraient jamais perdre leurs droits reproductifs.

Yves Lévesque : Pour

Adis Simidzija : Pour, seuls les conservateurs n’arrivent pas à se positionner sur cette question.

René Villemure : Pou, chaque personne doit bénéficier d’un droit inaliénable sur son corps.


  • Pour ou contre un contrôle plus sévère des armes à feu?

Martin Francoeur : Pour, les libéraux barreront la route aux conservateurs et au lobby des armes.

Andrew Holman : Pour, limiter l'accès aux armes à feu réduit la violence armée.

Yves Lévesque : Pour

Adis Simidzija : Pour, il faut tout faire pour diminuer la violence dans notre société.

René Villemure : Pour, les chasseurs doivent pouvoir chasser; les armes d’assaut et de poing, interdites.


  • Pour ou contre la vaccination obligatoire contre la COVID-19?

Martin Francoeur : Oui pour les fonctionnaires fédéraux et les voyageurs (train et avion).

Andrew Holman : Pour, pour certains types de travailleurs, exemple : ceux de la santé.

Yves Lévesque : Contre, mais en la recommandant.

Adis Simidzija : Pour, sauf pour les personnes qui ne peuvent le recevoir pour cause médicale.

René Villemure : Pour, la santé publique et les droits collectifs doivent avoir préséance.

* Certaines réponses ont dû être raccourcies, parce que les candidats avaient dépassé de manière significative le nombre maximal de mots permis. Cette possibilité leur avait été présentée au moment de leur envoyer le questionnaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !