•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La cohabitation entre piétons, cyclistes et automobilistes demeure un enjeu à Gatineau

Des cyclistes roulent sur une rue avec des voitures

Gatineau souhaite développer un code de conduite pour les sentiers polyvalents et les pistes multifonctionnelles (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un sondage indique que la grande majorité des résidents de Gatineau se sentent en sécurité lors de leurs déplacements sur le territoire de la Ville, mais que des enjeux routiers demeurent au sein de la ville la plus populeuse de l'Outaouais.

Le coup de sonde de la firme Léger Marketing a été réalisé en juin 2020 auprès de 800 Gatinois, pour le compte de la Ville de Gatineau.

Plus de la moitié des répondants estiment que les cyclistes forment le groupe inspirant le plus d'insécurité aux autres usagers de la route. En contrepartie, presque tous les adeptes de vélo (92 %) se sentent parfois menacés par les conducteurs de véhicules motorisés lorsqu’ils circulent.

Les comportements agressifs ou téméraires de certains usagers de la route, le manque d'aménagements spécifiques et l'état de la chaussée sont considérés comme les principaux obstacles à la cohabitation.

Nous, ce qu'on veut, c'est favoriser une cohabitation harmonieuse de tous ces usagers-là. On veut se questionner sur quels sont les irritants et quels sont les leviers à notre disposition pour y répondre, explique Audrey Bureau, la présidente de la Commission sur les transports, les déplacements et la sécurité.

Les résultats du sondage permettront à la Ville de Gatineau de mieux comprendre les perceptions des usagers et surtout de mieux encadrer les différents modes de transport sur ses rues et ses sentiers.

MOBI-O, le Centre de gestion des déplacements de l’Outaouais, doit soumettre un rapport préliminaire en novembre 2021 qui servira de pierre angulaire pour développer un code de conduite pour les sentiers polyvalents et les pistes multifonctionnelles.

La Ville prévoit également adapter sa réglementation pour qu'elle tienne compte des nouveaux types de transport, dont les trottinettes et les vélos électriques. Une campagne de communication pour clarifier les règles à respecter selon le mode de transport utilisé sera alors mise sur pied.

La sécurisation des corridors scolaires se poursuit

En matière de sécurité, les Gatinois s’entendent pour dire que celle des enfants prime par-dessus tout. Les corridors scolaires ont justement été implantés pour les protéger.

Ce sont 68 % des écoles du territoire, dont 11 cette année, qui ont maintenant déployé des mesures additionnelles pour rendre le déplacement des enfants plus sécuritaire.

Les citoyens nous en parlent de plus. Ils voient les changements dans leur quartier. Les écoles et les parents nous indiquent également dans des sondages de satisfaction qu’ils voient une différence et qu’ils se sentent plus en sécurité, donc c’est un programme qui fonctionne bien, constate Mme Bureau.

Ces mesures passent, entre autres, par l'installation de panneaux de signalisation, de balises flexibles et de bollards pour inciter les automobilistes à ralentir, ainsi que par le marquage de la chaussée.

La Ville compte désormais plus de 250 km de corridors scolaires sur son territoire, dont 45 sur des rues sans trottoir. Même si la conseillère municipale est convaincue que le programme adopté il y a trois ans fait une différence, elle reconnaît qu’il reste encore du travail à faire.

Un des gros enjeux qui nous restent, c'est le syndrome de la porte, où le parent veut aller porter son enfant le matin le plus proche possible de la porte avec son automobile. C'est là que des situations dangereuses peuvent se produire, conclut Audrey Bureau.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !