•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

WestJet et Air Canada ont demandé à leurs employés de travailler gratuitement

Les aéroports et les compagnies aériennes ont du mal à gérer le retour croissant des passagers.

Des centaines de personnes attendent leurs bagages.

L'aéroport de Calgary a connu des retards cet été à cause du retour en plus grand nombre des passagers.

Photo : @ateiro/Instagram

Face au retour croissant des voyageurs, WestJet et Air Canada ont envoyé une note à leurs employés les appelant à venir prêter main-forte bénévolement.

Dans un message interne obtenu par CBC/Radio-Canada, le vice-président aux opérations d’Air Canada, Rich Steer, mentionne un besoin d’aide urgent.

Nos aéroports partenaires sont à bout de ressources, ce qui a amené des annulations importantes de vols et des correspondances manquées, écrit-il. Nous avons besoin expressément de bénévoles pour venir à l’aéroport et offrir du soutien aujourd’hui.

Le message s’adressait spécifiquement aux cadres disponibles pour se présenter à l’aéroport Pearson de Toronto.

De la même manière, le transporteur WestJet a envoyé un courriel à ses employés leur demandant de venir à l’aéroport de Calgary aider les passagers ayant besoin de fauteuils roulants .

C’est notre chance de montrer ce que les WestJetters valent et d’aider nos collèguesquand ils en ont besoin , est-il écrit dans cette note interne signée par Colleen Tynan, la vice-présidente aux aéroports.

L’appel a été envoyé à la fin du mois d'août à tous les employés de WestJet, y compris ceux qui étaient en cours de rappel au travail après leur mise à pied.

Des syndicats mécontents

Le syndicat Unifor, qui représente de nombreuses catégories d’employés des deux compagnies, a été très mécontent lorsqu'il a reçu les notes internes. Selon la responsable des lignes aériennes à Unifor, Leslie Dias, aucun des deux transporteurs ne les a contactés à l’avance pour trouver un arrangement.

Nous en avons entendu parler à cause de nos membres qui étaient en colère, explique-t-elle. 

Dans le cas d’Air Canada, les cadres qui se sont portés bénévoles ont effectué des tâches qui auraient pu l'être par des employés en attente de retour au travail. Selon Leslie Dias, l’entreprise s’est excusée pour la manière dont la situation de pénurie de ressources a été gérée.

Dans une réponse par courriel, Air Canada a affirmé qu’il s’agissait d’une réponse ciblée et de court terme pour soutenir les passagers à cause de retards au service des frontières à l’aéroport Pearson .

Un avion de la compagnie WestJet décolle.

WestJet en particulier subit les foudres de tous les syndicats d'employés.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

La colère d’Unifor est toutefois plus forte à l’encontre de WestJet. Franchement, c’est une insulte. Ils leur ont pris leur travail et demandent maintenant des bénévoles, s’insurge Mme Dias.

Selon Unifor, l’appel au bénévolat concerne un domaine qui a été enlevé aux employés syndiqués pour être sous-traité à une entreprise française, Samsic, en novembre 2020.

Les syndicats des pilotes et des agents de bord, qui ont également reçu l’appel au bénévolat, ont décliné nos demandes d’entrevue. Dans des communications à leurs membres, ils les somment toutefois de refuser de travailler gratuitement.

[WestJet] vous implore de travailler gratuitement. C’est inacceptable.

Une citation de :Syndicat canadien de la fonction publique

Dans une réponse par courriel, WestJet a évoqué des problèmes de recrutement de personnel.

Ce n’est pas inhabituel dans la culture de l’entreprise, et ce mois-ci, de nombreux WestJetters, dont notre équipe de direction, notre PDG et notre président, ont répondu à l’appel d’aide aux transferts des passagers en fauteuil roulant à Calgary lorsque notre fournisseur de services avait du mal à répondre à la demande, a indiqué la porte-parole Morgan Bell.

Une relance complexe

Malgré sa colère, Unifor reconnaît toutefois que les transporteurs aériens font face à une situation difficile. On ne peut pas fermer un secteur entier et espérer le faire repartir en un instant, admet Mme Dias. 

Selon les données recueillies par l’Agence canadienne de la sûreté du transport aérien, les 15 aéroports les plus importants du pays ont dû contrôler plus de 80 000 passagers en moyenne à la fin du mois d'août, soit de trois à quatre fois plus qu’à la même période l’année précédente.

Des voyageurs s'enregistrent à un kiosque.

L'aéroport Pearson de Toronto dit qu'il connaît sa plus grande vague de passagers depuis le début de la pandémie.

Photo : La Presse canadienne / Michelle Siu

Dans son courriel, WestJet dit être passée de 30 vols par jour au plus fort de la pandémie à plus de 400 actuellement. L’entreprise prévoit revenir à 9000 employés d’ici la fin de l’année.

Selon des articles de presse américains, les compagnies Delta et American Airlines ont fait des appels similaires au bénévolat en juin.

Une demande légale

La demande de bénévolat n’est pas illégale, selon l’avocate en droit du travail de Calgary Sarah Coderre. Il place cependant les employés dans des situations désagréables surtout si ces travailleurs n’ont pas encore été rappelés à leur ancien poste, souligne-t-elle.

La question est que les entreprises gardent probablement une trace de qui se propose de travailler gratuitement. Si vous êtes vu comme un bon équipier, serez-vous rappelé plus rapidement au travail par rapport à quelqu’un qui aura refusé?, explique Mme Coderre.

Elle recommande à tous les employés qui se trouvent dans une telle situation de clarifier ce type de questions par écrit avec l’entreprise. Des réponses doivent aussi être apportées sur les questions d'assurance des bénévoles.

Avec les informations de Kyle Bakx

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !