•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quel avenir pour Deena Hinshaw après l’échec de la stratégie de réouverture?

La médecin hygiéniste en chef a admis que la stratégie de réouverture était directement responsable de l’augmentation du nombre de cas de COVID-19.

Deena Hinshaw parle devant les drapeaux canadiens et albertains de la salle des médias de l'Assemblée législative.

Deena Hinshaw a admis avoir commis des erreurs dans sa gestion de la réouverture.

Photo : CBC / Art Raham

Les appels à la démission de la médecin hygiéniste en chef de l’Alberta se multiplient depuis quelques jours. Certains médecins lui reprochent d’être en partie responsable de l’immense pression qui pèse actuellement sur les hôpitaux de la province.

C’est le moment où on devrait voir la démission de la Dre Hinshaw, du ministre Shandro et du premier ministre Kenney, dit le médecin urgentologue Joe Vipond. Si tu regardes ce qu’ils ont fait en juillet et en août, c’était évident que ça allait nous amener au point où nous sommes maintenant.

Le nombre de patients aux soins intensifs a atteint un niveau sans précédent depuis le début de la pandémie. Deena Hinshaw a aussi admis dans une vidéo dévoilée mardi que la stratégie de réouverture de la province était directement responsable de la hausse du nombre de cas et d'hospitalisations.

Ils se sont rendu compte très rapidement que la stratégie ne fonctionnait pas, affirme le professeur de science politique Duane Bratt, de l’Université Mount Royal, à Calgary. Lui aussi est d’avis qu’il est temps pour quelqu’un d’autre de prendre la direction de la santé publique albertaine.

Quand ils ont annoncé, en juillet, la fin du dépistage massif, du traçage des contacts et de l’obligation de s’isoler, Jason Kenney et Tyler Shandro ont dit qu’ils avaient accepté la recommandation de Deena Hinshaw sans faire de modifications, rappelle-t-il.

Soit elle a donné de très mauvais conseils, soit elle a donné des recommandations différentes qui ont été ignorées par le gouvernement. Dans les deux cas, elle doit démissionner.

Elle a perdu sa crédibilité et sa capacité de communiquer avec les Albertains.

Une citation de :Duane Bratt, professeur de science politique à l’Université Mount Royal de Calgary

Toujours la femme de la situation

L’ancien médecin hygiéniste en chef de l’Alberta James Talbot, qui a longtemps travaillé avec Deena Hinshaw, ne croit cependant pas que celle-ci devrait quitter son poste.

Elle est pleine de compassion, énergique, résiliente, dit-il. Elle est brillante. Elle a admis avoir fait une erreur, c’est un bon signe.

Il rappelle que c’est le gouvernement qui prend la décision finale au sujet des mesures de prévention contre la COVID-19. Il croit plutôt que c’est le ministre de la Santé, Tyler Shandro, qui devrait présenter sa démission.

Si vous êtes dans une pièce avec Tyler Shandro, Jason Kenney et Deena Hinshaw, et que Deena Hinshaw s'en va, le quotient intellectuel moyen dans la pièce diminue, ajoute-t-il. Nous avons besoin d’elle pour nous aider à passer à travers cette vague.

L'ancien médecin-hygiéniste en chef de l'Alberta, le Dr James Talbot, critique l'absence des autorités.

Ancien médecin-hygiéniste en chef de l'Alberta, le Dr James Talbot a travaillé pendant plusieurs années avec Deena Hinshaw.

Photo : Radio-Canada / Emilio Avalos

Pour moi, la vraie expertise, c’est d’être capable de dire qu’on s’est trompé, explique le directeur de l’École des politiques publiques de l’Université de Calgary, Pierre-Gerlier Forest. Je comprends tout à fait les hypothèses sur lesquelles ils ont travaillé l’été dernier. C’était très risqué, mais ça ne veut pas dire que ça n’avait pas de sens.

Mardi, la chef de l’opposition, Rachel Notley, a affirmé qu’il était difficile de se prononcer sur l’avenir de Deena Hinshaw sans savoir ce qui se passe en coulisse quand elle présente ses recommandations au gouvernement de Jason Kenney.

Une position intenable

Le professeur Patrick Fafard, de l'Université d'Ottawa, pense de son côté que Jason Kenney et le ministre de la Santé, Tyler Shandro, ont mis Deena Hinshaw dans une position impossible en affirmant que toutes leurs décisions étaient basées sur ses recommandations.

C'est tout simplement faux, déplore-t-il. Et si c’est vrai, ce n’est pas comme ça que ça devrait fonctionner. Le gouvernement ne devrait d’ailleurs jamais prendre ce genre de décision en se basant sur l'avis d'une seule personne.

Selon lui, ceux qui réclament le départ de Deena Hinshaw mettent la barre très haut.

Il croit que la province devrait créer un comité indépendant qui rendrait publiques des données scientifiques sur la propagation du virus.

Avec les informations d'Andréane Williams et Erin Collins

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !