•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une chaire sur l’autochtonisation de l’enseignement supérieur verra le jour à l’UQAC

Des participants à la conférence de presse.

La chaire sur l'autochtonisation des études supérieures est financée par Rio Tinto et la Fondation de l'UQAC.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) vise la création d’une chaire de recherche portant sur l’autochtonisation de l’enseignement supérieur.

La multinationale Rio Tinto fournira 1,5 millions de dollars sur cinq ans et la Fondation de l'UQAC ajoutera 100 000 $.

À terme, l'UQAC souhaite augmenter le nombre d'étudiants originaires des communautés autochtones aux cycles supérieurs. Des bourses seront notamment offertes à cette clientèle.

L'université régionale entend se tourner vers les communautés de Mashteuiatsh, au Lac-Saint-Jean, et Uashat mak Mani-utenam, sur la Côte-Nord, pour élaborer le modèle et le fonctionnement de la nouvelle structure.

Qu'est-ce que l'autochtonisation?

L'autochtonisation vise à représenter et à intégrer les aspirations, les symboles et les pratiques des peuples autochtones au même titre que celles des populations non autochtones, indique la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada.

Présent à la conférence de presse, le chef du conseil de bande de Mashteuiatsh, Gilbert Dominique, est heureux de voir que les Premières Nations seront parties prenantes dans la création de cette chaire.

Trop longtemps, on a vu des structures de recherche où les Premières Nations étaient l'objet de la recherche. Donc, là, ce n'est plus le cas, on est partie prenante. C'est pour ça qu'on parle d'un concept de co-construction. Donc, nous, on va s'investir, on va participer, on va avoir des délégués de nos communautés également qui vont participer à ces recherches-là pour nous permettre de développer un certain niveau de compétence à cet égard-là. Mais plus encore, on va être capable, nous, d'identifier c'est quoi nos besoins, expliqué Gilbert Dominique.

L'UQAC souhaite qu'un plus grand nombre d'étudiants autochtones obtiennent leur maîtrise et leur doctorat. C'est d'essayer de rendre la culture autochtone plus présente, de la comprendre et de faire en sorte que les gens de la communauté puissent être davantage autonomes en termes de gouvernance. Alors, comment les chercheurs, à partir des recherches, des données probantes, vont pouvoir soutenir les communautés pour mieux se gouverner, mieux comprendre aussi d'où ils viennent et où ils vont, a précisé le nouveau recteur de l'UQAC, Ghislain Samson.

Selon des informations de Claude Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !