•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Yannick Nézet-Séguin sera le mentor de six chefs d’orchestre de la relève

L'homme sourit alors qu'il tient une baguette de chef d'orchestre dans sa main.

Après 21 ans à la tête de l'Orchestre métropolitain, Yannick Nézet-Séguin avait envie de partager ses connaissances avec la relève.

Photo : Francois Goupil

Radio-Canada

L’Orchestre métropolitain (OM) a présenté mercredi les six chefs d’orchestre de la relève canadienne participant à son Académie de direction d’orchestre. Ce nouveau programme de mentorat permettra à ces jeunes d’apprendre leur métier dans les coulisses des concerts de la saison 2021-2022 de l’OM.

Les jeunes talents retenus pour la première saison de l’Académie accompagneront le chef d’orchestre Yannick Nézet-Séguin à l’occasion des 5 concerts qu’il dirigera cette année sur les 11 qui ont été annoncés dans la programmation.

Les chefs sont invités sur une période de cinq à six jours [à chaque occasion], étant donné qu’on commence à répéter quelques jours avant le concert, explique Laura Eaton, violoniste de formation et responsable du volet éducatif des activités de l’OM.

[On veut] leur donner une occasion supplémentaire de baigner dans le milieu symphonique, d’avoir une idée de comment ça se passe vraiment sur place, pendant les répétitions, dans les coulisses, en préparation des concerts, poursuit-elle. On veut aussi qu’ils puissent rencontrer nos musiciens, pour connaître les attentes d’un musicien professionnel.

Six candidates et candidats âgés de 18 à 35 ans ont été sélectionnés pour le programme, à la suite d’un appel de candidatures auquel 32 personnes ont répondu. Il s’agit de Marie-Claire Cardinal, de Benoît Gauthier et de Félix Ste-Marie (tous les trois du Québec), de Monica Chen (Colombie-Britannique), de Trevor Wilson (Ontario) et de Naomi Woo (Manitoba).

Comment devient-on chef d’orchestre?

Pour la grande majorité des gens, le métier de chef d’orchestre est entouré de mystère. Quel chemin faut-il emprunter pour s’y rendre?

Il y a des programmes de direction d’orchestre dans les grandes universités, affirme Mme Eaton. Il y a certaines occasions pour des stages, surtout durant l’été, mais c’est assez rare. C’est pour ça qu’il n’y en a pas beaucoup qui réussissent à percer et à se faire une place. C’est un peu aussi ce qui a motivé notre désir de lancer ce projet-là.

Et quelles sont les qualités qui font un bon chef? Au-delà de la connaissance du répertoire, de la théorie musicale et d’une excellente oreille, Laura Eaton affirme qu’il faut également avoir plusieurs capacités personnelles et même administratives.

Ça prend du leadership, des bonnes capacités à communiquer et à transmettre une idée musicale, à convaincre les musiciens d’aller dans la même direction, explique-t-elle. Et peut-être une touche de charisme.

Une capsule de La Fabrique culturelle

Des segments de la première saison de l’Académie de direction d’orchestre de l’OM seront enregistrés par La Fabrique culturelle de Télé-Québec pour une capsule vidéo qui mettra en lumière les apprentissages nécessaires pour devenir chef d’orchestre.

L’OM lancera sa quarantième saison le jeudi 30 septembre avec le Concerto en sol majeur de Ravel, et l’ensemble dirigé par Yannick Nézet-Séguin sera accompagné par la pianiste Hélène Grimaud.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !