•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CP achètera Kansas City Southern pour 31 milliards $ US

Le siège social mondial de la nouvelle société issue de cette fusion sera à Calgary.

Un train de marchandises

La bataille des chemins de fer canadiens pour l'acquisition de Kansas City Southern (KCS) est terminée. (archives)

Photo : Reuters / Edgard Garrido

La Presse canadienne

Le Chemin de fer Canadien Pacifique (CP) a annoncé mercredi avoir conclu un accord pour l'acquisition de Kansas City Southern (KCS) pour environ 31 milliards de dollars américains, après que la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (CN) eut abandonné son offre de rachat concurrente pour le chemin de fer américain.

KCS avait déterminé dimanche que l'offre de CP représentait une proposition supérieure à celle du Canadien National.

Le Canadien Pacifique a affirmé mercredi que la fusion créerait le premier réseau ferroviaire Canada–États-Unis–Mexique.

La fusion offrira aux clients du CP et de KCS un accès à un marché considérablement élargi, de nouvelles options de transport concurrentielles et soutiendra la croissance économique nord-américaine, a fait valoir le chef de la direction du CP, Keith Creel, dans un communiqué.

Le CP a indiqué que les clients ne subiraient pas de réduction du choix des chemins de fer à la suite de la transaction et s'est engagé à maintenir toutes les voies ferroviaires de fret existantes ouvertes à des conditions commercialement raisonnables.

Après l'obtention du feu vert réglementaire, M. Creel occupera le poste de chef de la direction de la société fusionnée, qui portera le nom de Canadien Pacifique Kansas City (CPKC).

Le siège social mondial du nouveau transporteur se trouvera à Calgary — où est actuellement établi le CP — tandis que son siège social américain se trouvera à Kansas City, au Missouri. Le siège mexicain restera à Mexico et à Monterrey. Le siège social américain du Canadien Pacifique, à Minneapolis-St. Paul, restera une importante base d'exploitation de la société.

L'offre du CP, qui comprend la prise en charge d'une dette de 3,8 milliards $ US, valorise KCS à 300 $ US par action. Après la clôture par l'entremise d'une fiducie de vote, les actionnaires ordinaires de KCS recevront 2,884 actions du Chemin de fer Canadien Pacifique et 90 $ US en espèces pour chaque action ordinaire de KCS qu'ils détiennent. Les actionnaires privilégiés recevront 37,50 $ US en espèces pour chacun de leurs titres.

Le CP a précisé que la transaction ferait croître ses profits dès la première année. Pour financer la contrepartie en actions de la fusion, il émettra 262 millions de nouvelles actions. La partie en espèces sera financée au moyen d'une combinaison de fonds en caisse et d'emprunts.

Le CN, établi à Montréal, a subi un revers le mois dernier lorsque le Surface Transportation Board (STB) des États-Unis lui a refusé le recours à une fiducie de vote pour sa propre offre sur KCS, affirmant que ce serait mauvais pour la concurrence.

La fiducie aurait permis aux actionnaires de KCS d'être payés avant que l'organisme de réglementation américain ait terminé son examen du projet de rachat.

Le CP, dont la taille est plus petite et la présence aux États-Unis, plus limitée, a déjà reçu l'approbation du STB pour une éventuelle fiducie de vote.

En vertu de son accord avec KCS, le CN a indiqué que le chemin de fer américain lui paierait une indemnité de rupture de 700 millions $ US, en plus du remboursement des frais de résiliation de 700 millions $ US que le CN avait payés lorsque KCS a rompu son accord initial avec le CP pour accepter l'offre du CN.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !