•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le président de la SANB menacé après l’annulation d'une réunion avec le Bloc Québécois

Alexandre Cédric Doucet.

Alexandre Cédric Doucet, président de la Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick, affirme avoir reçu des menaces.

Photo : Zoom

Radio-Canada

Les réactions sont vives à la suite de l'annulation de la rencontre qui devait avoir lieu entre la SANB et Yves François Blanchet.

Mardi, des dirigeants de la Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick devaient rencontrer mardi, le chef du Bloc Québécois à Caraquet.

Mais la rencontre est tombée à l'eau à la dernière minute.

Le président de la SANB, Alexandre Cédric Doucet, dit qu'il reçoit des menaces venant de Québécois dans les médias sociaux.

J'ai personnellement reçu beaucoup de menaces de violences physiques

Une citation de :Alexandre Cédric Doucet, président de la Société des Acadiens du Nouveau-Brunswick

Le Bloc Québécois a tenu à dénoncer ces gestes.

Yves-François Blanchet accompagné d'un candidat lors d'une visite aux Îles-de-la-Madeleine.

Yves-François Blanchet devait aller à Caraquet dans la Péninsule acadienne au Nouveau-Brunswick, mercredi, mais la rencontre a été annulée.

Photo : Radio-Canada

Le Bloc Québécois dénonce toute forme de discours haineux. De telles manifestations n'auront jamais leur place. Les propos haineux à l'encontre de la nation Acadienne ne sont pas plus tolérables qu'ils ne le sont lorsque dirigé contre quelque nation qui soit et doivent être dénoncé, a écrit dans un courriel l'attaché de presse du Bloc Québécois, Julien Coulombe-Bonnafous.

Réactions vives après l'annulation de la rencontre

L'ex-premier ministre libéral Jean Chrétien a aussi mis son grain de sel dans cette controverse en parlant du chef du Bloc, Yves-François Blanchet.

Jean Chrétien

Jean Chretien

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Il a prétendu qu'il parlait au nom des Acadiens, a-t-il lancé. Eh bien les Acadiens ont dit mêles-toi de tes affaires, on est capables de parler pour nous-mêmes, on a des députés francophones qui viennent du Nouveau-Brunswick.

Le député libéral de Beauséjour, Dominic LeBlanc, a trouvé quant à lui hypocrite que le chef d'un parti souverainiste veuille rencontrer la SANB.

Et on a vu que la société civile acadienne n'était pas tout à fait excitée d'aller le rencontrer, a-t-il dit. C'est pourquoi son voyage apparemment a été scrappé.

Mais il y a d'autres sons de cloche.

L'éditorialiste de l'Acadie Nouvelle, François Gravel, pense que la SANB et - par la bande l'Acadie - ne paraissent pas très bien dans cette histoire.

François Gravel, éditorialiste à l'Acadie Nouvelle

François Gravel, éditorialiste à l'Acadie Nouvelle.

Photo : Radio-Canada

Je crois que les Acadiens, au contraire, ont besoin de tous les alliés qu'ils peuvent trouver dans leurs causes, leurs enjeux, leurs espoirs, a-t-il soutenu.

Le Bloc Québécois de son côté à tenu à réitérer son soutien aux communautés francophones de l'extérieur du Québec.

Par ailleurs, nous avons discuté aujourd'hui avec la Présidente de la Fédération des communautés francophones et Acadiennes du Canada, Liane Roy, et comptons la rencontrer après la campagne électorale. Le Bloc Québécois sera toujours présent afin de promouvoir et défendre la langue française, au Québec et chez les communautés francophones et Acadiennes du Canada, indique M. Coulombe-Bonnafous.

C'est une controverse que la SANB et le Bloc Québécois auraient certainement voulu éviter alors que la campagne électorale fédérale s'achève.

-Avec les informations d'Alix Villeneuve

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !