•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un passeport vaccinal serait insuffisant pour vaincre la 4e vague, selon des experts

Une employée tient une tablette électronique pour lire un code QR sur le téléphone d'une cliente.

Le gouvernement albertain dit qu'il n'est pas en faveur de la création d'un passeport vaccinal dans la province.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

L'Alberta doit immédiatement imposer de nouvelles restrictions sanitaires si elle veut freiner la quatrième vague de la pandémie de COVID-19, selon des experts. L’utilisation de preuves vaccinales est souhaitable, mais ne sera pas suffisante pour freiner rapidement la propagation du virus, précisent-ils.

Le gouvernement albertain doit agir rapidement s’il veut éviter le pire, selon l'urgentologue Joe Vipond, le cofondateur des organisations Masks4Canada et Protect our province.

Nous sommes en crise en ce moment, lance-t-il.

Selon lui, la province doit fermer les restaurants et les bars et reprendre les cours en ligne pour les enfants. Il croit aussi que le gouvernement doit recommencer le traçage des cas et permettre à nouveau aux personnes asymptomatiques de subir un test de dépistage du coronavirus.

Même s’il pense que la mise en place d’un passeport vaccinal serait bénéfique pour la province, il croit que cette mesure n’est pas suffisante dans l’immédiat.

On doit freiner les hospitalisations et cela prend du temps pour que le passeport vaccinal fonctionne, dit-il.

Le professeur agrégé au département de microbiologie, d'immunologie et de maladies infectieuses de l'Université de Calgary Craig Jenne est du même avis.

Il explique que la création d’un passeport vaccinal prend du temps et que la quatrième vague de la pandémie nécessite la mise en œuvre de plusieurs mesures.

Nous faisons face à une crise incontrôlable et il faut agir maintenant.

Une citation de :Craig Jenne, professeur agrégé au département de microbiologie, d'immunologie et de maladies infectieuses de l'Université de Calgary

Nous avons dépassé le stade auquel nous avions décidé de fermer les écoles et les restaurants lors des vagues précédentes, fait-il remarquer.

Nombre d'hospitalisations record

Cette semaine, les hospitalisations liées à la COVID-19 ont atteint de nouveaux sommets en Alberta.

Les autorités sanitaires ont également annoncé, au cours des dernières semaines, l’annulation de nombreuses opérations chirurgicales non urgentes à travers la province.

Selon Joe Vipond et Craig Jenne, une augmentation supplémentaire des hospitalisations serait catastrophique pour les hôpitaux.

On peut toujours ajouter des lits et des respirateurs artificiels, mais il n’y aura pas assez de personnel médical pour traiter les patients, affirme Craig Jenne.

C’est certain qu’il va falloir faire du triage parce que c’est impossible de continuer à soigner les gens avec nos ressources limitées, s’il y a une accélération exponentielle du nombre de malades, ajoute Joe Vipond.

Vers un autre confinement?

Pierre-Gerlier Forest, professeur à l'École de politiques publiques et à la faculté de médecine de l’Université de Calgary, pense, pour sa part, qu’un autre confinement n’est pas nécessaire pour le moment.

Je suis réticent à recommander le retour à un confinement strict étant donné que les gens qui sont dans les hôpitaux sont pour l’essentiel des gens non vaccinés, explique-t-il.

[Les personnes vaccinées] n’ont plus besoin d’être protégées de la même manière que lors de la première et de la deuxième phase de la pandémie, ajoute-t-il.

Selon lui, il faut plutôt miser sur une forte campagne de vaccination et opter pour des restrictions sanitaires qui réduiraient les contacts entre les personnes non vaccinées, comme les rassemblements sociaux, et la mise en place d’un passeport vaccinal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !