•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les étudiants francophones de l’Université Simon Fraser fêtent la rentrée en personne

Des étudiants sont assis en petits groupes à des tables, ils dînent et discutent.

Le Bureau des affaires francophones et francophiles (BAFF) de l'Université Simon Fraser (SFU) a organisé une fête de la rentrée sur son campus de Burnaby, mardi.

Photo : Radio-Canada

Raluca Tomulescu

Le Bureau des affaires francophones et francophiles (BAFF) de l'Université Simon Fraser (SFU) souligne la rentrée scolaire cette semaine à travers plusieurs activités en personne. Rencontre avec des étudiants du French Cohort Program, qui se réjouissent de revoir leurs camarades, même si quelques inquiétudes liées à la COVID-19 persistent.


Aliyah Datoo sourit devant un mur blanc.

Aliyah Datoo commence sa quatrième et dernière année dans le French Cohort Program, à l'Université Simon Fraser.

Photo : Radio-Canada

Aliyah Datoo

Aliyah Datoo raconte qu'elle a senti un peu de stress, en raison de la COVID-19. Elle se demandait comment tout gérer et se sentir [en sécurité] avec tout ce monde-là.

Je me sens beaucoup plus à l’aise maintenant et je suis bien contente d’être ici avec tout le monde, affirme-t-elle.

Aliyah Datoo entame sa quatrième et dernière année à la SFU. Elle aimerait faire une maîtrise à Ottawa ou à Montréal, en sciences politiques ou en affaires publiques et internationales.


Alicja Cichecki dans une salle remplie d'autres étudiants qui s'apprêtent à dîner.

Alicja Cichecki est étudiante en deuxième année dans le French Cohort Program, à l'Université Simon Fraser.

Photo : Radio-Canada

Alicja Cichecki

Je pense que les premières semaines vont être difficiles, mais après, ça va être bien, mieux qu’en ligne, dit Alicja Cichecki.

Elle appréhende les complications possibles liées à la COVID-19. Si une personne dans un cours est malade, on ne peut pas venir. [...] C’est plus de risques, avec plus d’étudiants, dit-elle.

Alicja Cichecki entame sa deuxième année. Elle s’inquiète un peu du temps que vont prendre les déplacements, maintenant que les cours se donnent en personne.

Tu ne peux pas juste te lever et faire les cours dans ton lit, plaisante-t-elle.


Ethan Dungey entouré d'étudiants dans un salon étudiant.

Ethan Dungey entame sa deuxième année dans le French Cohort Program, à l'Université Simon Fraser.

Photo : Radio-Canada

Ethan Dungey

Je suis vraiment content d’être ici, mais [...] on a toujours la COVID-19. Et puis, il y a un manque de certitude par rapport à ce temps qui m’inquiète un peu, explique l’étudiant qui entame lui aussi sa deuxième année.

Il se dit tout de même enthousiaste. Demain, j’ai mon premier tutorat de science politique. J’ai vraiment hâte.


Emma Streng pose devant un tableau accroché au mur.

Emma Streng est étudiante en première année dans le French Cohort Program, à l'Université Simon Fraser.

Photo : Radio-Canada

Emma Streng

Emma Streng se sent, elle aussi, très heureuse d’être de retour sur le campus.

C'est pas juste sur l'Internet comme l'année passée. Alors c'est vraiment différent de voir les visages et l'expression du monde, c'est vraiment une bonne chose pour moi. Ça donne de l'émotion et de la connexion que tu ne pourrais pas faire en ligne, se réjouit-elle.

Il s’agit de sa première année à la SFU. Elle a hâte d’explorer son nouvel environnement d’études.

C’est complètement nouveau, les amis, les profs. Maintenant, j’étudie ce que je veux, le français, dit-elle, l'air enchantée.


Dimitri Karaboitis pose devant un tableau accroché sur le mur.

Dimitri Karaboitis est étudiant en première année dans le French Cohort Program, à l'Université Simon Fraser.

Photo : Radio-Canada

Dimitri Karaboitis

Je crois que la pandémie a été assez dévastatrice pour tout le monde, dit Dimitri Karaboitis. C'est très bien d'être ici avec les autres jeunes et les autres personnes de mon âge pour parler, converser et avoir une vie sociale encore, et ça aide beaucoup dans mes études, car ça aide la communication aussi.

Il s’agit aussi de sa première année à la SFU.

Il estime que les mesures de sécurité à l’Université sont rassurantes. Tout le monde doit porter le masque à l’intérieur. Aussi, avec les nouvelles cartes, on sait si le monde est vacciné ou non, alors c’est assez sécuritaire et on connaît leur statut.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !