•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trop de satellites… et pas assez d’étoiles?

La profusion de satellites risque de priver les Prairies de leurs ciels étoilés.

Un homme contemple le ciel étoilé.

Les satellites artificiels nuisent à la visibilité des étoiles, selon des spécialistes. (archives)

Photo : iStock

Charles Le Bourgeois

La visibilité du ciel étoilé des Prairies, comme partout ailleurs au Canada, pourrait être menacée par la luminosité des satellites de la constellation Starlink, envoyés en orbite par SpaceX pour fournir une connexion Internet à haut débit.

C'est un changement fondamental dans le ciel nocturne qui sera le plus grand changement qui ait jamais eu lieu dans l'histoire de l'humanité, déclare la professeure d’astronomie de l’Université de Regina, Sam Lawler.

La société aérospatiale SpaceX, qui appartient au milliardaire Elon Musk, a déjà lancé près de 2000 satellites et prévoit d’en lancer 42 000 de plus d'ici 2027, dans le but d'augmenter l'accès à l'Internet haut débit.

D’après la professeure, cela représenterait environ 10 fois plus de satellites en orbite qu’il n’y en a actuellement.

Sam Lawer, avec deux autres professeurs de l'Université de la Colombie-Britannique et de l'Université de Toronto, a publié un article sur la géométrie et l'orbite prévue des satellites de communication.

Selon ces chercheurs, ces satellites créeront davantage de pollution lumineuse à 50 degrés de latitude Nord et Sud. Ce qui provoquera, disent-ils, une nuisance dans le ciel nocturne des villes canadiennes, depuis Vancouver jusqu’à Winnipeg, en passant par Regina.

Cette pollution lumineuse aura également un effet dévastateur sur la recherche en astronomie et l'observation des étoiles dans le monde entier, souligne Sam Lawer.

Il ne devrait pas y avoir de choix entre un bon Internet et la possibilité de contempler un ciel étoilé.

Une citation de :Sam Lawer, professeure d'astronomie à l'Université de Regina

Outre la pollution lumineuse, les chercheurs soulignent que le lancement de ces satellites contribuera à la pollution atmosphérique et augmentera le risque de collisions dans l'espace.

Les solutions politiques viendront trop lentement pour légiférer sur le nombre de satellites dans l’espace et leur luminosité, regrette Sam Lawer. Starlink lance 60 nouveaux satellites toutes les deux semaines. Cela se passe en ce moment même, déplore-t-elle.

Mme Lawler choisit plutôt de faire confiance aux gens pour qu'ils fassent pression sur les sociétés de satellites, afin qu'elles modifient la conception de ces engins ou qu'elles communiquent avec les gouvernements pour améliorer l'infrastructure donnant accès à Internet par d'autres moyens.

Elle ajoute que les réseaux d'énergie solaire et les extensions de fibre optique pourraient être des solutions de rechange pour améliorer la connectivité.

Alors que la société Amazon s’engage elle aussi dans la construction d’un réseau satellite, Sam Lawer espère que les prochaines générations pourront encore lever les yeux pour observer les étoiles.

Avec les informations de Janani Whitfield

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !