•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba offre des troisièmes doses de vaccin contre la COVID-19

Une seringue est plantée dans une fiole de vaccin.

Les vaccins de Moderna ou de Pfizer-BioNTech seront ceux qui pourront être donnés en troisieme dose.

Photo : CBC / Robert Short

Radio-Canada

Le gouvernement du Manitoba annonce que la province offre désormais des troisièmes doses de vaccin contre la COVID-19. Les personnes admissibles sont celles qui sont immunodéprimées, celles qui requièrent une 3e dose à des fins de voyage et celles ayant reçu un vaccin qui n’est pas approuvé au Canada.

Les troisièmes doses seront des vaccins à ARN messager, soit celui de Pfizer-BioNTech ou celui de Moderna.

La responsable du groupe de travail du Manitoba sur la campagne de vaccination, Joss Reimer, a annoncé ce changement lors d’un point de presse mercredi.

Pour les personnes immunodéprimées, deux doses du vaccin peuvent ne pas suffire à assurer une défense adéquate contre la COVID-19, compte tenu notamment des inquiétudes provoquées par le variant Delta hautement contagieux, a-t-elle déclaré.

La semaine dernière, le Comité consultatif national de l’immunisation a commencé à recommander l’administration de troisièmes doses à certaines personnes immunodéprimées.

Ces gens peuvent recevoir leur troisième dose de leur professionnel de la santé.

Ceux qui aimeraient recevoir cette dose pour voyager doivent en faire la demande auprès de leur professionnel de la santé ou peuvent l’obtenir dans une pharmacie s’ils une ordonnance de leur médecin.

Les personnes qui ont reçu un vaccin non approuvé par Santé Canada peuvent se faire vacciner dans des cliniques mises sur pied par la province, entre autres.

La Dre Reimer insiste sur le fait que ces troisièmes doses ne constituent pasune dose de rappel pour les personnes dont le système immunitaire fonctionne correctement..

On parle vraiment des gens qui ont besoin de ce déclencheur supplémentaire pour s'assurer que leur système immunitaire réponde d’une manière qui les protégerait davantage. On étudie encore les données pour savoir si la population générale aurait besoin d’une troisième dose à un certain point, a-t-elle affirmé.

Pour ceux qui auraient reçu deux doses du vaccin AstraZeneca, la Dre Reimer fait savoir que pour le moment, ils sont admissibles à recevoir un vaccin à ARN messager pour voyager. Elle a ajouté que les autorités ne recommandent pas actuellement un vaccin de rappel pour ceux qui ont eu AstraZeneca, mais c’est une chose qui est étudiée régulièrement.

Joss Reimer lors d'une conférence de presse

Joss Reimer est la médecin en chef du ministère de la Santé et des Aînés et responsable du groupe de travail du Manitoba sur la campagne de vaccination contre la COVID-19.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Exemption de vaccination

La province est également en train d’établir des politiques pour encadrer les exemptions médicales aux exigences en matière d’immunisation.

Selon les directives du Comité consultatif médical du groupe de travail provincial sur la campagne de vaccination, les personnes se trouvant dans l’une des trois situations suivantes peuvent être admissibles à une exemption médicale temporaire ou permanente à la vaccination, précise la province par voie de communiqué.

  • Avoir eu une réaction grave après la première dose d’un vaccin contre la COVID-19 (par exemple, une myocardite ou le syndrome de Guillain-Barré).

  • Être soumis à un traitement qui affecte leur capacité à développer une réponse immunitaire, ce qui signifie que la vaccination doit être soigneusement planifiée en fonction du calendrier de traitement (par exemple un traitement immunodépresseur après une transplantation ou certains types de traitements contre le cancer).

  • Avoir fait une réaction allergique grave ou une réaction anaphylactique à une dose antérieure d’un vaccin contre la COVID-19 ou de ses composants qui ne peut être prise en charge par la clinique d’allergologie du Centre des sciences de la santé.

La Dre Reimer a fait savoir que la situation de la personne doit être examinée par un médecin spécialiste, puis soumise au groupe de travail sur la mise en œuvre des vaccins. Le processus de soumission des exemptions médicales sera finalisé dès que possible.

La province met actuellement en place un moyen pour s’assurer que les personnes ayant une exemption médicale valide puissent accéder aux mêmes avantages que celles qui possèdent une carte d’immunisation.Avec les informations de Darren Bernhardt

Annonce bien accueillie

Le microbiologiste médical à l’Hôpital Saint-Boniface, Philippe Lagacé-Wiens, salue l’annonce de la province, qui emboîte le pas à d’autres juridictions canadiennes pour aider à faire augmenter les anticorps contre la COVID-19, chez les gens immunodéprimés.

Une troisième dose peut rehausser la quantité d’anticorps que ces gens-là produisent et faire monter ça de 30 à 40 %, dépendant de la condition, jusqu’à un niveau de 60 à 70 %. C’est très peu probable qu’ils auront le niveau de protection d’un individu au système immunitaire normal, mais on va réduire les risques d’infection, explique-t-il.

Dr Lagacé-Wiens aimerait qu’une troisième dose soit également offerte aux personnes âgées et au personnel de la santé qui ont été parmi les premiers vaccinés, étant donné que l’efficacité de l’immunisation procurée par le vaccin diminue avec le temps.

Docteure en virologie et immunologie à l’Université du Manitoba, Julie Lajoie rappelle cependant que le vaccin est encore très efficace contre le variant Delta.

Elle explique que le système immunitaire des personnes âgées ayant beaucoup de problèmes de santé ou étant immunodéprimées est moins fort.

Ça leur prend plus d’aide pour se stimuler, dit-elle. Un groupe très restreint peut avoir un avantage à la troisième dose. C’est une bonne nouvelle.

Avec les informations de Darren Bernhardt et de Chantallya Louis

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !