•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gatineau pourrait se doter d’un bureau de transition écologique

Une femme sourit à la caméra.

Maude Marquis-Bissonnette en était à sa dernière réunion à titre de présidente de la CDTHE.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Radio-Canada

La Commission sur le développement du territoire, l’habitation et l’environnement (CDTHE) va acheminer au conseil municipal de Gatineau une recommandation voulant que la Ville mette en place, pour l’année de démarrage, un Bureau de la transition écologique, et ce, dès 2022.

La proposition soumise par la présidente de la Commission, Maude Marquis-Bissonnette, vise à assurer la mise en place du Plan climat, qui prévoit la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) de 35 % d'ici 2030, et que la Ville devienne carboneutre en 2050.

La CDTHE a adopté à l’unanimité la recommandation d’adopter le Plan climat de la phase 1 et de le recommander au conseil municipal de la Ville de Gatineau. Selon la présidente, cette première phase mise sur des gains à court terme afin de réduire les GES dans la municipalité.

Par exemple, à Gatineau, il y a 9200 résidences qui chauffent encore leur maison au mazout qui, à elles seules, contribuent à 20 % des émissions de gaz à effet de serre. C’est énorme.

Comme gains à plus long terme, on entend se donner l’objectif de réduire le plus possible l’utilisation de l’automobile en solo. Pour ce faire, Maude Marquis-Bissonnette a souligné qu’il faudra transformer les habitudes des Gatinois, reconnaissant que cela prendra du temps.

Il faut électrifier la flotte, avoir plus de transports actifs et collectifs, et pour ça, ça prend beaucoup d’investissements.

La démarche pour l’élaboration de ce Plan climat a pris son envol en 2018 afin de faire face aux changements climatiques, notamment dans les zones où le risque d'inondation est élevé. Au cours des dernières années, les changements climatiques n’ont pas épargné l’Outaouais, notamment avec les inondations de 2017 et de 2019.

Le Plan climat en chiffres :

  • 104 millions de dollars sur cinq ans
  • 56 employés municipaux travailleront pour sa mise en œuvre
  • 44 actions, 235 mesures et 12 chantiers prioritaires

Selon Maude Marquis-Bissonnette, qui en était à sa dernière réunion à titre de présidente de la CDTHE, ledit Bureau devrait relever de la direction générale de la Ville de Gatineau, qui aura le mandat d’assurer la gouvernance et la transversalité du Plan climat, incluant que les décisions municipales soient prises en tenant compte de leur niveau de contribution aux objectifs de la lutte contre les changements climatiques et des liens avec les partenaires externes.

Je suis vraiment très satisfaite du travail qui a été fait par les équipes, mais si on veut que ça se réalise, c’est essentiel de leur donner des ressources. L’objectif est de faire ça, a expliqué Maude Marquis-Bissonnette.

Le Conseil régional de l'environnement et du développement durable de l'Outaouais (CREDDO), qui siège au sein de la Commission, a applaudi la proposition. Cette dernière s'inspire du Bureau de transition écologique, qui a déjà mis en place à Montréal.

Le directeur général du CREDDO, Benoit Delage, a mis l’accent sur l’importance d’avoir une organisation capable d’amener rapidement des projets. Les citoyens demandent une action claire sur les changements climatiques, et il est extrêmement important d’avoir une structure cohérente à cet égard, a-t-il affirmé.

Le 28 septembre, le Plan climat sera présenté au comité plénier. Ensuite, le conseil municipal devrait se prononcer le 5 octobre, soit lors du dernier conseil avant l’élection municipale. Si cela est adopté, l'année 2022 servira d’année de transition.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !