•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une bonne année malgré la pandémie pour le Syndicat des producteurs forestiers

Du bois coupé et empilé.

Le Syndicat dit avoir connu une bonne année d'activités au Bas-Saint-Laurent, malgré la pandémie de COVID-19. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

Radio-Canada

Le Syndicat des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent a présenté, mercredi matin, son bilan pour l'année 2020. L'organisme indique avoir travaillé dans un contexte d’insécurité causé par la pandémie.

Pourtant, le début de saison s’annonçait très positif, mais la situation sanitaire a engendré des conséquences jamais vues et un ralentissement important des travaux ainsi que de la mise en marché.

Le président du Syndicat des producteurs forestiers, Maurice Veilleux, indique que la mise sur pause des industries pendant le confinement a rendu la mise en marché du bois plus complexe au cours des derniers mois.

Il y a eu des mois d'arrêt total finalement parce les usines étaient mises en pause à cause de la COVID. Donc, ça nous a amené des défis au niveau de la mise en marché auxquels on ne s'attendait pas, précise-t-il.

Des billots dans une cour à bois.

L'industrie forestière génère environ 60 000 emplois directs au Québec, selon le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. (Archives)

Photo : Radio-Canada

Les résultats sont tout de même considérés comme étant satisfaisants.

Le directeur général du Syndicat, Charles Edmond Landry, soutient que le nombre de mètres cubes solides de bois mis en marché au cours de l'année a dépassé le million.

Où ça a diminué, principalement, ça a été au niveau du bois de sciage. C'est là qu'on a eu un 200 000 mètres cubes solides de moins, ajoute-t-il toutefois.

Le Syndicat note donc une diminution de 15 % dans la production de bois à pâtes, papiers et panneaux ainsi que dans le bois de sciage en 2020.

En valeur monétaire, la production s’élève à 67,6 millions de dollars par rapport à 76,6 millions de dollars en 2019.

Certains dossiers ont aussi connu des avancées dans la dernière année. Les membres du Syndicat ont cité en exemple le dossier de la lutte à la tordeuse des bourgeons de l'épinette, celui de la taxation foncière et celui de la protection des milieux humides.

Le Syndicat des producteurs forestiers attend avec impatience le retour des rencontres en présentiel avec les élus de l'ensemble des paliers de gouvernement pour faire avancer certains dossiers.

D'après les informations de Jérôme Lévesque-Boucher

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !