•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le président des Raptors construira 100 terrains de basketball en Afrique

Masai Ujiri lors d'un camp de Giants of Africa en Afrique.

L'organisme Giants of Africa a été fondé par le président des Raptors de Toronto, Masai Ujiri.

Photo : Giants of Africa

Le président des Raptors de Toronto, Masai Ujiri, et son organisme à but non lucratif Giants of Africa se sont engagés, mercredi, à construire 100 terrains de basketball sur le continent africain au cours des prochaines années.

Cet investissement s'inscrit dans le cadre de l'initiative Built Within de l'organisme qu'a fondé Ujiri en 2003 avec l'ambition de faire du basketball un outil pour les jeunes Africains dans l'atteinte de leurs rêves.

Plus de 10 nouveaux terrains de basketball construits ou rénovés seront inaugurés au cours des trois prochains mois au Nigeria, au Kenya, en Tanzanie, en Côte d'Ivoire et au Burkina Faso.

Les autres seront dévoilés dans les années à venir, et seront stratégiquement implantés dans des communautés mal desservies, indique l'organisme dans un communiqué.

Le président des Raptors, Masai Ujiri, est originaire du Nigeria. L'équipe torontoise compte quatre joueurs africains, soit Pascal Siakam du Cameroun, OG Anunoby et Precious Achiuwa du Nigeria et Ishmail Wainwright de l'Ouganda.

Chaque fois qu'un nouveau terrain sera inauguré, une conférence sera donnée aux jeunes et la compagnie Nike leur fournira de l'équipement de basketball gratuitement.

Des entraîneurs et certains membres du personnel des Raptors, comme Patrick Mutombo, Patrick Engelbrecht, Sarah Chan et Jama Mahlalela, offriront aussi des ateliers.

Giants of Africa tient des camps et des ateliers de basketball dans plus de 16 pays d'Afrique déjà, y compris au Rwanda, au Ghana, au Cameroun, au Maroc, en République démocratique du Congo et au Sénégal.

Depuis que nous avons commencé à investir dans l'avenir du sport en Afrique ces deux dernières décennies, il est devenu évident que les camps et les programmes ne suffisaient pas à créer des occasions de croissance à long terme dans le sport, a déclaré Masai Ujiri.

Ces espaces publics ont le pouvoir d'unir les communautés, de renforcer la cohésion sociale et d'améliorer la qualité de vie de tous, a-t-il ajouté.

Le sport est l'un des meilleurs moyens d'aider nos jeunes à atteindre leurs objectifs, a-t-il dit, et j'ai hâte d'entendre les histoires des milliers de jeunes qui pourront utiliser ces terrains pour aider à rendre leurs communautés plus fortes au cours des dix prochaines années et au-delà.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !