•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Parti populaire du Canada célébrera la soirée électorale à Saskatoon

Maxime Bernier, micro à la main.

Maxime Bernier prononçant un discours devant des partisans à Edmonton le 11 septembre 2021.

Photo : Radio-Canada / François Joly

Radio-Canada

Le chef du Parti populaire du Canada (PPC), Maxime Bernier, a choisi la ville de Saskatoon pour tenir son rassemblement électoral, le 20 septembre.

L'endroit exact du rassemblement n’a pas encore été dévoilé.

Le parti explique cette décision par l’absence de restrictions sanitaires en Saskatchewan, ce qui permet d'organiser un rassemblement traditionnel, contrairement à d’autres provinces qui imposent une limite de personnes et le port obligatoire du masque.

C’est un message qu’il envoie précisément aux électeurs qui estiment que la pandémie est exagérée et que les mesures sont exagérées. Le message est qu’il faut lutter contre les intrusions du gouvernement dans la sphère privée. À cause de la pandémie, il peut réactualiser ce message, estime Frédéric Boily, professeur de sciences politiques au campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta.

Le choix de Saskatoon pour la tenue du rassemblement électoral est dû aux appuis du parti dans la province. Le PPC a bon espoir d'obtenir de bons résultats dans les circonscriptions saskatchewanaises.

Une campagne positive

Sur le terrain, le candidat du Parti populaire dans Saskatoon-Ouest, Kevin Boychuk, pense avoir de grandes chances de l’emporter.

Selon lui, la campagne a été positive et des électeurs ont changé de camp lors de son porte-à-porte.

Il s’attend à une élection historique et des résultats élevés dans la province.

Un choix risqué

Frédéric Boily croit cependant que le choix de Saskatoon pour la tenue du rassemblement représente un risque pour le parti de Maxime Bernier.

Selon le politologue, le choix de la Saskatchewan pourrait décourager des électeurs de voter pour lui, notamment ceux de sa circonscription ainsi que les sympathisants du parti dans les provinces de l’est.

Si le chef du PPC n'est pas élu cette fois-ci, ce serait sa deuxième défaite de suite dans une élection fédérale, dans la circonscription de la Beauce où il a posé sa candidature.

Si Maxime Bernier ne se fait pas élire, ça lui cause tout un problème de crédibilité, affirme M. Boily. Pour un chef, le test de la réalité, c’est de se faire élire.

Frédéric Boily ne s’attend pas à voir un candidat du PPC être élu à la Chambre des communes lundi soir, mais pense qu'il y aura une hausse du pourcentage des votes récoltés par le parti en Saskatchewan et en Alberta. D'après lui, la Saskatchewan et ses 14 circonscriptions resteront bleues le soir des élections.

Dans un récent sondage national de CBC, le Parti populaire du Canada récoltait 7 % des intentions de vote au pays.

Le Parti libéral du Canada était en tête avec 32 % des intentions de vote, suivi du Parti conservateur du Canada, avec 31 %.

Avec les informations de Katia St. Jean

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !