•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Île-du-Prince-Édouard offrira une 3e dose à certaines personnes immunosupprimées

Une seringue est planté dans une fiole de vaccin.

Cette troisième dose doit être considérée comme un renforcement de la vaccination de base, et non comme un amplificateur.

Photo : CBC / Robert Short

Radio-Canada

Les autorités de l’Île-du-Prince-Édouard confirment que les personnes modérément à gravement immunosupprimées de la province pourront recevoir une troisième dose de vaccin contre la COVID-19.

Cette mesure concerne entre autres les personnes qui reçoivent un traitement contre le cancer et celles ayant eu une transplantation d’organes.

Le Comité consultatif national de l’immunisation du Canada (CCNI) a recommandé vendredi dernier une troisième dose du vaccin Pfizer-BioNTech ou Moderna pour certaines personnes immunodéprimées.

Cette dose supplémentaire doit être considérée comme un renforcement de la vaccination de base, et non comme un amplificateur.

L’Île-du-Prince-Édouard suivra les recommandations du CCNI, a indiqué la médecin hygiéniste en chef de la province, la Dre Heather Morrison, lundi.

Heather Morrison en conférence de presse.

La médecin-hygiéniste en chef de l'Île-du-Prince-Édouard, Heather Morrison, en conférence de presse, le 13 septembre 2021.

Photo : Radio-Canada

Elle a ajouté que les travailleurs de la santé ont été informés de cette décision, et que des informations sont disponibles sur le site Internet de la province pour les insulaires.

Le CCNI défini comme une personne modérément à gravement immunodéprimées celles qui présentent les conditions suivantes :

  • Traitement actif de malignités tumorales solides et hématologiques ;
  • Transplantation d’organe plein et traitement immunosuppresseur ;
  • Traitement par récepteurs d’antigènes chimériques (CAR-T) ou greffe de cellules souches hématopoïétiques (dans les deux ans suivant la greffe ou le traitement immunosuppresseur) ;
  • Immunodéficience modérée à sévère (syndrome de DiGeorge, syndrome de Wiskott-Aldrich) ;
  • Infection au VIH non traitée de stade 3 ou avancée et sujets atteints du syndrome d’immunodéficience acquise ;
  • Traitement actif de certaines thérapies d’immunosuppression.

Une annonce bien reçue dans la province

Cette annonce de la Dre Heather Morrison a été accueillie avec joie par plusieurs insulaires immunosupprimés.

L’une d’elles, Sarah Newman a eu une transplantation rénale en 2017. Ce rein a commencé à lâcher, et elle est maintenant sur une liste d’attente pour en recevoir un autre.

Doublement vaccinée sans complications, cette insulaire souhaite maintenant recevoir sa troisième dose.

Hunter Guindon, de Springfield, vit pour sa part avec la fibrose kystique, une maladie génétique qui affecte ses poumons et son système digestif. Elle fait des traitements de dialyse.

Il a l’intention de parler avec ses médecins, localisés dans la province voisine, à Halifax, pour obtenir leur avis sur l'obtention d'une troisième dose.

S’ils déterminent que c’est une bonne idée, j’aimerais définitivement être admissible à une troisième dose, dit Hunter Guindon.

Pour la nécessité d’une troisième dose

L’organisme Crohn et Colite Canada recommande pour sa part que les personnes souffrant d’une maladie intestinale inflammatoire prenant des médicaments reçoivent également une dose supplémentaire.

Le président du conseil consultatif scientifique et médical de Crohn et Colite Canada, le Dr Eric Benchimol, souligne que de nombreuses études indiquent que ce groupe d’individus ne répond pas aussi bien que les autres personnes à la première dose du vaccin COVID-19.

Ils semblent répondre assez bien à la deuxième dose de vaccin et devenir immunisés au virus, mais leur immunité s’estompe plus rapidement, explique-t-il.

Health-care providers administer the Pfizer-BioNTech COVID-19 vaccine at a pop-up clinic in Toronto on July 27. Leading vaccines do seem to ward off serious disease that can lead to hospitalization or death, even against the delta variant.

Le CCNI recommande une troisième dose du vaccin Pfizer-BioNTech ou Moderna pour certaines personnes immunodéprimées.

Photo :  CBC / Evan Mitsui

La Société canadienne du cancer conseille pour sa part aux patients souffrant de cancer de demander à leur équipe soignante si les avantages l’emportent sur les risques et de déterminer le meilleur moment pour administrer la dose en fonction de leur plan de traitement.

Avec les informations de Nancy Russell de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !