•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Menace de grève dans les CPE de l’Outaouais

Des enfants jouent avec des jouets.

600 travailleurs des CPE de l'Outaouais ont voté pour un mandat de grève.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Il y a menace de grève dans les centres de la petite enfance (CPE) en Outaouais, alors que les quelque 600 travailleurs de la région ont voté en faveur d'un mandat de grève de 10 jours. 

Les membres du Syndicat des travailleurs(euses) en centre de la petite enfance de l’Outaouais affiliée à la Confédération des syndicats nationaux (STCPEO – CSN) ont voté le 9 septembre.

Les moyens de pression seront utilisés cet automne, au moment jugé opportun.

Les employés membres du syndicat des travailleurs en centre de la petite enfance de l'Outaouais, affilié à la CSN, sont sans contrat de travail depuis 18 mois.

Les travailleurs des CPE affirment que la dernière offre monétaire du gouvernement est insuffisante. Ils estiment que rien n'est fait pour sauver le réseau et empêcher les employés de quitter la profession.

Ils revendiquent entre autres, une augmentation salariale équitable pour tous les titres d’emploi. Selon le syndicat, une technicienne en service de garde scolaire, par exemple, gagnait 29,05 $ l’heure au maximum de l’échelle (avant la négociation du secteur public) contre 25,15 $ pour une éducatrice en CPE alors qu’elles ont la même formation collégiale.

Les syndiqués exigent également des moyens pour donner de meilleurs services aux enfants, dont ceux à besoins particuliers.

 Nous avons été extrêmement déçues des offres du gouvernement. Le gouvernement propose une augmentation allant jusqu’à 12 % pour les éducatrices qualifiées uniquement, alors qu’elle fond considérablement pour les autres titres d’emploi, tout aussi indispensables pour les enfants et leurs parents, écrit Najoua Zitouni, vice-présidente à la négociation et agente de griefs du STCPEOCSN par voie de communiqué.

 Avec ce qui est sur la table, les travailleuses de la région membres de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), qui éduquent et accompagnent nos tout-petits jour après jour, seront encore plus motivées d’exercer dès l’automne leur mandat de grève , soutient aussi par écrit, Stéphanie Vachon, représentante du secteur des CPE à la FSSS-CSN.

La FSSS-CSN mène actuellement organise ces jours-ci des assemblées générales auprès de ses 11 000 membres dans toutes les régions du Québec pour obtenir un mandat de grève de 10 jours dans l'ensemble de la province. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !