•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un candidat conservateur manitobain s’excuse pour la désinformation sur les vaccins

Ted Falk lors d'une déclaration dans la Chambre des communes.

Ted Falk n'a pas voulu dévoiler son statut vaccinal lors de son entrevue avec le journal « The Carillon ».

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

Le candidat du Parti conservateur du Canada (PCC) dans la circonscription de Provencher, au Manitoba, Ted Falk, s’excuse après avoir déclaré à un journal local que les vaccins contre la COVID-19 pourraient faire plus de mal que de bien.

M. Falk explique que, lors de ses propres recherches, il a découvert une étude des autorités sanitaires britanniques (Public Health England) qui lui a révélé le danger du variant Delta pour les personnes vaccinées

Ted Falk a affirmé, dans une entrevue accordée (Nouvelle fenêtre) au journal anglophone The Carillon, que la probabilité de mourir du variant Delta est 13 fois plus élevée pour les personnes vaccinées.

De fausses affirmations similaires sur les médias sociaux concernant la nocivité potentielle des vaccins contre la COVID-19 ont été démenties par l'agence Reuters.

L’agence de presse a expliqué que cette fausse idée provenait d’un message en ligne qui interprétait de manière erronée des statistiques tirées d’une séance d’information tenue en juin dernier.

Or, une analyse de Public Health England datant du mois de juin a montré que deux doses du vaccin sont très efficaces pour prévenir les hospitalisations causées par le variant Delta. 

Les vaccins [contre la COVID-19] sont sécuritaires et efficaces. J'ai toujours milité et je continuerai à militer pour que chaque Canadien qui le souhaite reçoive un vaccin.

Une citation de :Déclaration de Ted Falk envoyée à La Presse canadienne

Sept heures après la publication de l’entrevue par le journal, M. Falk a publié une déclaration dans laquelle il admet que les statistiques citées étaient incorrectes et s’excuse pour la confusion que cela a causée.

Statut vaccinal du candidat conservateur

Ted Falk n'a pas voulu dévoiler son statut vaccinal lors de son entrevue avec The Carillon.

Si je divulgue [mon statut vaccinal], quelqu’un va se servir de ces informations pour m’attaquer et pour créer des divisions quelconques.

Le chef conservateur, Erin O’Toole, n’a pas exigé que les candidats de son parti soient vaccinés, mais il a tout de même encouragé les Canadiens à recevoir leurs deux doses.

Erin O’Toole en gros plan dehors.

Le chef du Parti conservateur du Canada, Erin O’Toole, s’est opposé à la vaccination obligatoire pour les travailleurs de la fonction publique et les voyageurs.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Erin O’Toole s’est engagé à faire passer le taux de vaccination du Canada à plus de 90 % d’ici deux mois, en combinant une nouvelle campagne sur les médias sociaux et des mesures destinées à ceux qui hésitent à se faire vacciner.

Dans leur plateforme, les conservateurs prévoient également d'améliorer la production et l’approvisionnement des vaccins.

Le candidat libéral s'insurge

Le candidat du Parti libéral du Canada (PLC) dans la circonscription de Provencher, Trevor Kirczenow, exige dans un communiqué qu'Erin O’Toole retire son candidat conservateur de la course.

M. O'Toole doit enfin accepter que son candidat dans Provencher n’appuie pas les efforts que les Canadiens doivent faire pour se protéger et protéger leurs communautés de la COVID-19.

Une citation de :Communiqué de Trevor Kirczenow, candidat du Parti libéral du Canada (PLC) dans la circonscription de Provencher
Trevor Kirczenow sourit.

Trevor Kirczenow, le candidat du Parti libéral du Canada (PLC) dans la circonscription de Provencher, critique le fait que M. Falk refuse de divulguer publiquement son statut vaccinal.

Photo : Radio-Canada / Jeff Stapleton

Trevor Kirczenow accuse son rival conservateur de tirer profit de l’hésitation de certains à se faire vacciner pour gagner des voix

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.
Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !