•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accident mortel à Beauport : 19 chefs d’accusation contre Éric Légaré

Un voiture accidentée sur une autoroute.

Les policiers ont procédé à l'arrestation d'un automobiliste pour facultés affaiblies.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Vigeant

L’homme accusé d’être à l’origine de l’accident qui a fauché 4 vies le 2 septembre dernier sur l’autoroute Dufferin-Montmorency fait maintenant face à 19 chefs d’accusation.

Au total, 11 nouveaux chefs d'accusation ont été déposés mercredi matin contre Éric Légaré. Ils sont liés notamment à la mort d’Emma Lemieux, 10 ans, et de son frère, Jackson Fortin, 14 ans.

Montage photo des victimes de l'accident.

Les victimes de l'accident : James Fletcher, Jackson Fortin, Emma Lemieux et Shellie Fletcher-Lemieux

Photo : Gracieuseté

L’homme de 43 ans a brièvement comparu mercredi matin au palais de justice de Québec.

Éric Légaré faisait déjà face à huit chefs d’accusation, dont conduite en état d’ébriété et conduite dangereuse causant la mort.

Deux accusations de conduite dangereuse causant la mort se sont ajoutées, ainsi que deux accusations de conduite dangereuse causant des lésions corporelles.

Éric Légaré fait aussi face à de nouveaux chefs d'accusation concernant son taux d'alcoolémie et pour délit de fuite.

« Ce qu'on allègue, c'est que monsieur aurait été impliqué dans un accident impliquant un autre véhicule. Il aurait refusé de rester sur les lieux pour donner nom et adresse, explique le procureur de la Couronne », Me Pierre-Alexandre Bernard.

Selon la Couronne, l'accusé aurait blessé deux autres personnes en plus de décimer une famille.

Appels au 9-1-1

Des informations obtenues par Radio-Canada apportent un certain éclairage sur ce qui a pu se produire dans les minutes et les heures précédant l’accident mortel.

Des témoins affirment notamment qu’il aurait commis un délit de fuite dans les instants précédant la collision mortelle.

Un homme prend un égoportrait dans son habit de spéléologie, devant la glace.

En 2017, Éric Légaré avait plaidé coupable en cour municipale de conduite avec facultés affaiblies.

Photo : Facebook

Regrets de l'accusé

Selon son avocat, Éric Légaré éprouve des regrets et est conscient de la gravité des accusations qui pèsent contre lui.

Il est au courant de la gravité des infractions. Il n'y a personne ici qui minimise les infractions. C'est une tragédie humaine, qui se vit des deux côtés. Il manifeste immensément de regrets, affirme Me Vincent Montmigny.

Antécédents

En 2017, M. Légaré avait plaidé coupable en cour municipale d'une accusation de conduite avec facultés affaiblies.

Il avait été condamné à une amende de 1000 $ et à une interdiction de conduire pendant 12 mois pour des faits qui remontaient à 2015.

Scène d'un accident de voiture. On voit une voiture complètement cabossée et brisée de partout, une autopatrouille de police et des policiers en uniforme dans un périmètre délimité par un ruban interdisant le passage. Des débris jonchent le sol.

L'accident qui a fait quatre morts sur l'autoroute Dufferin-Montmorency

Photo : Radio-Canada / Frédéric Vigeant

L'accident

Selon la Sûreté du Québec, Éric Légaré aurait causé l'accident alors qu'il circulait avec les facultés affaiblies par l’alcool et à grande vitesse en direction est sur l'autoroute Dufferin-Montmorency.

Quatre membres de la même famille ont perdu la vie : Emma Lemieux, 10 ans,  Jackson Fortin, 14 ans, leur mère, Shellie Fletcher-Lemieux, 44 ans, et leur grand-père, James Fletcher, 68 ans.

L’accusé aurait percuté trois voitures qui étaient immobilisées à un feu de circulation. Une personne dans la voiture du milieu a aussi été légèrement blessée.

Éric Légaré demeure détenu jusqu’à sa prochaine comparution, le 21 septembre, afin de déterminer la date de son enquête sur remise en liberté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !