•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des adolescents du Restigouche lancent une entreprise de suppléments pour sportifs

Trois jeunes hommes avec des sweat-shirt sur lesquels il est écrit «Jackpot Supplément» sont à un kiosque extérieur. Sur la table devant eux, des produits du même nom.

Alexis Fournier, Kenric Savoie, et Jacob Savoie, les fondateurs de Jackpot Supplément.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Radio-Canada

Depuis juillet, trois adolescents du Restigouche, au Nouveau-Brunswick, offrent le premier d’une série de suppléments conçus par eux pour les amateurs d’entraînement physique.

Alexis Fournier, Kenric Savoie, et Jacob Savoie sont des amis de 17 ans qui termineront leurs études secondaires l’an prochain à l’école Aux-Quatre-Vents de Dalhousie.

Jackpot Supplement est le nom qu’ils ont choisi pour leur projet. Leur premier produit à voir le jour est un supplément de préentraînement de poudre de protéine de lactosérum, connu des sportifs sous le nom de Whey protein, en anglais.

Des bouteilles de poudre sur lequel est écrit ''The Jackpot Pre-Workout Mix''.

Le supplément en poudre de protéine de lactosérum de Jackpot Supplement.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Un supplément, c’est pour maximiser ton effort physique durant tes périodes d’entraînement, explique Alexis Fournier.

Si quelqu’un veut chercher de la performance dans son produit, il veut que ça fasse effet, notre produit va te donner ça, ajoute Kenric Savoie.

Alexis Fournier précise que leur poudre de protéine est actuellement en grande demande dans la région.

Jackpot Supplement offre aussi des produits dérivés pour toucher une plus grande clientèle.

Se lancer en affaires

Pour l’instant, l’entreprise est installée dans un cabanon situé derrière la résidence des parents d’Alexis Fournier. Les trois adolescents le surnomment le quartier général.

Un jeune homme de dos dans un espace de travail où il est écrit « whey protein » un peu partout. Du matériel promotionnel comme des casquettes et des chandails se trouvent sur des étagères.

Alexis Fournier, dans le quartier général des trois amis.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Les recettes proposées par les trois jeunes hommes sont fabriquées par un manufacturier en Ontario qui assure la certification des suppléments.

On voulait se lancer en affaires, ça fait que pourquoi pas le faire de A à Z notre propre produit, trouver tout ce qu’il fallait, dit Alexis Fournier. C’est de là qu’on a décidé d’ouvrir notre propre business. On va avoir notre propre supplément, puis ça va être notre produit, ça va nous appartenir.

On s’est aperçu que c’était une bonne opportunité. Il n’y a pas de magasin de suppléments dans la région. C’est tout à Moncton, c’est loin, explique Jacob Savoie. On s’est dit : "on va au gym, pourquoi on ne ferait pas notre propre affaire, du stuff qui est bon, qu’on aime, qui est de qualité".

De l’ambition à revendre

Le trio d’entrepreneurs voit grand et souhaiterait voir un jour Jackpot Supplément être distribué à grande échelle.

Le rêve, vraiment, ça serait de rentrer surtout dans les grandes chaînes, Supplement Kings et Popeyes, dit Alexis Fournier. Mais peut-être, ou pourquoi pas, ouvrir une entreprise comme eux autres au travers du Canada.

Kenric Savoie ajoute qu’il aimerait que Jackpot Supplement ait son propre magasin.

Du matériel promotionnel de Jackpot Supplément.

Du matériel promotionnel de Jackpot Supplement.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Ça va peut-être avoir l’air exagéré, mais c’est sûr qu’on aimerait que ça soit à travers le Canada puis à travers le monde, renchérit Jacob Savoie.

Après l’obtention de leur diplôme d’études secondaires, les partenaires prévoient d’étudier dans des domaines différents.

Ils ont toutefois la ferme intention de poursuivre leur projet entrepreneurial.

D’après le reportage de Serge Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !