•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un retour à la compétition internationale dix ans plus tard pour Samuel Angers

Un patineur artistique a la tête penchée pendant une rotation en fin de routine. Il porte un haut noir avec des manches bleues.

Samuel Angers lors d'une compétition nationale, en 2016

Photo : La Presse canadienne / Darren Calabrese

Le patineur artistique Samuel Angers s’apprête à participer à une compétition internationale pour la première fois en dix ans. L’athlète gatinois sera des Internationaux Classiques d’automne, dès vendredi, à Pierrefonds.

La dernière compétition internationale à laquelle Angers a participé était un événement du circuit Grand Prix junior en 2011 en Pologne. Maintenant âgé de 28 ans, le patineur a repris l’entraînement il y a un peu plus d’un an, pour son plaisir personnel, après avoir mis son sport de côté en raison de blessures.

Je sortais de la douche et j’avais plusieurs appels manqués de mon entraîneuse. Je pensais avoir raté un entraînement ou une réunion. Elle m’a dit de regarder mes courriels et j’ai vu l’invitation de Patinage Canada! C’était une méchante belle surprise, raconte Angers, amusé et fébrile.

C’est le désistement de patineurs japonais et sa belle performance aux championnats d’été du Québec, en août dernier, qui lui ont permis d’attirer l’attention des dirigeants de Patinage Canada. Il a pris le 2e rang de la compétition. Pas mal pour celui qui revenait à l’entraînement uniquement dans le but de finalement réussir son triple axel en compétition.

Un patineur artistique penche la tête vers l'arrière pendant une compétition.

Le patineur gatinois Samuel Angers

Photo : Danielle Earl Photography

Tu as beau réussir tous les éléments que tu veux, le triple axel c’est le minimum pour sortir du pays. Depuis l’an dernier, j’ai fait mes preuves et j’ai réussi à bien m’entraîner malgré la pandémie, insiste l’athlète.

Quand j’étais sur le circuit junior, c’était mon rêve de faire un grand prix. Sur le circuit Senior c'est difficile de [monter cette marche]. Au Canadien, mon meilleur classement, c’était 13e.

Une citation de :Samuel Angers, patineur artistique

Le retour à la compétition, sans pression, semble bien faire au Gatinois qui avait aussi obtenu une place sur le podium aux championnats québécois seniors, en virtuel, l’an dernier. Il veut garder cet état d’esprit avant les Classiques d’automne.

Mes objectifs restent les mêmes. Je patine pour moi. C’est sûr que je veux mieux faire de compétition en compétition. J'ai bien réussi mon triple axel au programme long. Il y avait de petits accrochages ici et là, mais j’ai fait assez pour démontrer que j’étais un des plus en forme au Canada. Là, ça va être de faire mieux, explique Angers.

Pour mesurer sa progression, Angers aura des attentes simples. Pas question d’inclure de nouveaux sauts plus compliqués, même s’il se sent maintenant capable de les réaliser.

Un patineur artistique est en compétition sur la glace.

Samuel Angers au championnat canadien, à Ottawa, en 2014.

Photo : Getty Images / Andre Ringuette

Je veux juste peaufiner tous mes éléments, avoir une coche de plus. Je n'ai rien ajouté. Je pratique mon quadruple tour, mais on l’a mis de côté pour l’événement. Je sens que je serais capable de le réaliser et ça me permettrait de monter encore. Mais, en fin de semaine, je veux surtout améliorer mes jeux de pieds et mes spins, de même que la qualité de mes sorties dans mes sauts. Surtout, nail le triple axel, dit Angers en riant concernant le saut qui lui a donné tant de difficultés dans le passé.

Le jeune homme ne rêve plus aux Jeux olympiques depuis longtemps. Mais on sent, plus que jamais, que le patinage lui procure un réel plaisir. Il verra jusqu’où ce plaisir pourra le mener au cours des prochains mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !