•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réduction de services à la pouponnière de l’Hôpital de Sept-Îles se prolonge

Un bébé dans un incubateur.

Quatre nourrissons ont été transférés jusqu'à maintenant en raison de la situation à la pouponnière de l'Hôpital de Sept-Îles (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord prolonge la réduction de services à la pouponnière de l’Hôpital de Sept-Îles jusqu’au 23 septembre. L'accès aux services de pédiatrie à Sept-Îles est aussi restreint jusqu’au 20 septembre en raison du manque de personnel.

En vigueur depuis le 28 août dernier, la réduction des services à la pouponnière devait initialement prendre fin le 13 septembre.

Faute d’infirmières en nombre suffisant, les femmes ayant une grossesse à risque, dont le nouveau-né pourrait nécessiter des soins intensifs, devront être transférées dans un autre établissement.

La situation est la même pour les enfants qui auraient besoin d’une hospitalisation en pédiatrie.

En raison de cette réduction de services, qui s’ajoute aux nombreuses autres annoncées depuis les derniers mois, le CISSS de la Côte-Nord se veut rassurant.

Nous comprenons que les décisions difficiles prises cet été ont pu insécuriser les Nord-Côtiers. Nous aurions préféré garder tous les services en place, mais la pénurie de personnel infirmier nous fait très mal. Nous continuons de réorganiser les services pour réduire au minimum l’impact sur la population d’ici le retour à la normale, indique la présidente-directrice générale du CISSS de la Côte-Nord, Manon Asselin.

L’organisation rappelle que le délai entre la diffusion de l’information et le moment de la réduction de services est court, puisque des pistes de solutions sont évaluées jusqu’à la dernière minute.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !