•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5 questions aux candidats dans Drummond

Des piétons et des automobilistes au centre-ville de Drummondville.

La circonscription de Drummond comprend la MRC de Drummond, indique Élections Canada.

Photo : Radio-Canada

Les candidats des cinq principaux partis de la circonscription de Drummond ont répondu à quelques-unes de nos questions afin de vous permettre d'en savoir davantage sur leur vision de la société en vue du scrutin du 20 septembre.

Nous avons soumis les questions aux candidats des quatre principaux partis en leur imposant un nombre de mots maximal pour chaque réponse. Il n'y a pas de candidat du Parti vert du Canada dans cette circonscription.

1. Pourquoi souhaitez-vous être député?

Mustapha Berri dans un parc.

Mustapha Berri, 53 ans, est le candidat libéral dans Drummond.

Photo : Gracieuseté de l'équipe du candidat

Mustapha Berri : Animé par le désir de participer à l’amélioration des programmes politiques, au développement des projets dans ma circonscription, je réponds à l’appel. Mon but est en fait, de représenter les gens, les écouter, les défendre et porter leurs doléances là où les décisions se prennent.


Le haut du corps et le visage de Martin Champoux.

Martin Champoux, 53 ans, est le candidat bloquiste dans Drummond.

Photo : Gracieuseté de l'équipe du candidat

Martin Champoux : Je sollicite un 2e mandat pour continuer le travail commencé lors du premier. J’aime sentir que je peux faire une différence. Je souhaite aussi faire en sorte que les citoyens tirent le maximum des programmes fédéraux et ramener dans la région le plus possible de notre argent payé en taxes et impôts.


François Choquette debout dehors.

François Choquette, 47 ans, est le candidat néo-démocrate dans Drummond.

Photo : Gracieuseté de l'équipe du candidat/Fabiano K.

François Choquette : *Je veux continuer le travail entamé comme député de 2011 à 2019 afin de continuer à lutter contre le déficit environnemental des gouvernements précédents. Aussi, je veux aider les gens de Drummond qui ont de la difficulté à avoir accès à des services auxquels ils ont droit, comme l’assurance-emploi.


Le haut du corps et le visage de Nathalie Clermont.

Nathalie Clermont, 52 ans, est la candidate conservatrice dans Drummond.

Photo : Gracieuseté de l'équipe de la candidate

Nathalie Clermont : Parce qu’après 28 ans à pratiquer la médecine dentaire, j’ai senti le besoin d’aller plus loin, de me surpasser bien sûr, mais aussi d’aller plus loin pour aider les gens différemment. C’est pourquoi j’ai choisi la politique. Pour être au cœur des enjeux les plus importants pour les Canadiens.


2. Quel emploi occupiez-vous au moment de vous lancer en politique?

  • Mustapha Berri : Homme d'affaires
  • Martin Champoux : J’ai été brièvement directeur de comptes, mais auparavant directeur communications, marketing et développement du Village québécois d’antan à Drummondville.
  • François Choquette : Je suis enseignant du français au niveau secondaire à l’éducation des adultes.
  • Nathalie Clermont : Je suis dentiste et femme d’affaires.

3. À quels deux problèmes propres à votre circonscription souhaitez-vous vous attaquer si vous êtes élu?

Mustapha Berri (PLC) : Pénurie de main-d’œuvre et tout un ensemble de mesures visant le bien-être des familles, l’environnement, les garderies, l’accès à la propriété, etc..

Martin Champoux (BQ) : La pénurie de main-d’œuvre qui est un enjeu criant pour lequel j’ai déjà commencé le travail ainsi que le hub ferroviaire à Drummondville, un outil important pour l’attractivité régionale.

François Choquette (NPD) : *Grâce à la banque du climat qu’un gouvernement NPD va créer, je vais pouvoir être un facilitateur dans le soutien de notre économie faible en carbone. Drummond peut devenir un véritable chef de file dans une économie verte. En outre, je veux soutenir la concrétisation du projet de la plaque tournante de VIA Rail à Drummondville. Cela permettra entre autres de baisser nos GES et de retenir nos jeunes.

Nathalie Clermont (PCC) : Je veux m’attaquer au redressement économique et à l’important manque de main-d’œuvre de ma région, entre autres, en construisant un carrefour ferroviaire à Drummondville au cours de mon premier mandat. Je veux assurer l’accès à l’internet haute vitesse partout dans nos régions, pour permettre de faire du télétravail, ça va être bon pour l’économie de nos entreprises et pour l’économie régionale.


4. Quel enjeu d’envergure nationale vous tient particulièrement à coeur?

Mustapha Berri (PLC) : *Personnellement, c’est l’unité nationale! On est plus fort si on s’entraide entre municipalités, entre villes, entre provinces et entre pays. Les Québécois(es) ne souhaitent pas se séparer du Canada.

Martin Champoux (BQ) : Les aînés, particulièrement touchés par la pandémie et traités injustement par le fédéral qui a réservé les bonifications de pension et de SRG aux 75 ans et plus. Deux classes d’aînés, ça ne passe pas.

François Choquette (NPD) : *Lutter contre le déficit environnemental des gouvernements précédents. La science nous indique que nous devons faire les efforts immédiatement¸ afin de faire la transition vers une économie sobre en carbone.

Nathalie Clermont (PCC) : Les libertés de parole, d’expression et de la presse sont des éléments fondamentaux du droit canadien et de la démocratie canadienne. Ces libertés doivent s’exercer sans censure et sans haine.


5. Si un vote libre devait avoir lieu sur ces enjeux, comment voteriez-vous?

  • Pour ou contre le droit à l’avortement?

Mustapha Berri : Pour, on n’a pas à vivre de force contre une grossesse non désirée.

Martin Champoux : Pour, je m’opposerai à toute tentative des conservateurs de rouvrir ce débat.

François Choquette : Pour le droit des femmes à l’avortement.

Nathalie Clermont : Pour, mon chef a répété à maintes reprises qu’il est pro-choix et moi aussi.


  • Pour ou contre un contrôle plus sévère des armes à feu?

Mustapha Berri : Pour, un contrôle total des armes et des détenteurs de permis est requis.

Martin Champoux : Pour, il faut tout de même le faire avec discernement.

François Choquette : Pour un contrôle plus sévère des armes à feu.

Nathalie Clermont : Pour, l’interdiction des armes d’assaut est là pour de bon.


  • Pour ou contre la vaccination obligatoire contre la COVID-19?

Mustapha Berri : Pour, si la société est menacée, le recours à la force est légitime pour protéger la santé des gens.

Martin Champoux : Contre le principe d’obliger les gens à recevoir un vaccin.

François Choquette : Pour dans certains domaines ou situations, par exemple pour voyager à l’étranger.

Nathalie Clermont : Contre, mais nous encourageons tous les Québécois qui le peuvent à se faire vacciner.

* Certaines réponses ont dû être raccourcies, parce que les candidats avaient dépassé de manière significative le nombre maximal de mots permis. Cette possibilité leur avait été présentée au moment de leur envoyer le questionnaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !