•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : un nouveau centre de dépistage ouvre le 22 septembre à Québec

Le nouveau terminal de croisières du port de Québec, vu de l'extérieur

Le nouveau centre de dépistage sera situé au terminal de croisière au quai 30. (archives)

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

Un nouveau centre de dépistage de la COVID-19 ouvrira au port de Québec le mercredi 22 septembre.

Le centre de 36 000 pieds carrés est situé au port de Québec, situé au Terminal de croisières du Quai 30. Il s'agit d'un centre ambulatoire. Les usagers devront prendre rendez-vous pour passer un test et savoir s'ils sont atteints de la COVID-19. Par la suite, le centre offrira du sans rendez-vous.

Nous allons être en mesure d’accueillir 1500 personnes par jour pour effectuer les prélèvements, a précisé en entrevue Serge Garneau, directeur adjoint des services de santé généraux au CIUSSS de la Capitale-Nationale et responsable des cliniques désignées de dépistage pour la région de Québec.

Cela permettra au CIUSSS de faire jusqu'à 4000 prélèvements par jour.

Le CIUSSS dit s’ajuster afin de mieux pouvoir répondre à la demande croissante, alors que de plus en plus de personnes vont se faire tester depuis le début de l’année scolaire.

Depuis la rentrée des classes, il s'agit surtout de jeunes de niveau scolaire, selon M. Garneau.

Au cours des derniers jours, des temps d’attente de plus de deux heures ont été enregistrés au seul centre de dépistage sans rendez-vous à Québec, celui du parc Colbert.

On est passés de 9000 tests de dépistage à plus de 12 000 en l'espace de quelques jours. On pensait qu'avec la capacité qu'on avait mise en place, que ça suffirait, mais la réponse de la population est meilleure qu'on pensait, observe l’adjoint médical au directeur de la santé publique au CIUSSS Capitale-Nationale, Dr Jacques Girard.

Le Dr Jacques Girard.

Le Dr Jacques Girard.

Photo : Radio-Canada

Ouverture imminente

Le Dr Girard assure toutefois que la situation sera corrigée rapidement, avec l’ouverture prochaine d’un centre de dépistage à haute capacité d’accueil.

D'ici 24-48 heures, on aura augmenté de 1500 tests par jour. On pense qu'on devrait y arriver. On est en mode constant d'ajustement. On mobilise beaucoup de ressources quand on fait ce genre d'opération, a-t-il précisé au micro de l’émission Première Heure mercredi.

Une infirmière effectue un test de dépistage de la COVID-19 sur un patient.

Une infirmière effectue un test de dépistage de la COVID-19 sur un patient.

Photo : Radio-Canada

Situation dans la région

Malgré la hausse des cas de COVID-19 dans la province, la situation demeure relativement stable dans la région de la Capitale-Nationale.

Au cours des cinq dernières semaines, on a enregistré en moyenne une centaine de nouveaux cas par semaine. Cela représente un taux de contamination quatre fois moins élevé que celui de l’ensemble du Québec.

Présentement, deux personnes sont hospitalisées dans la région et deux autres sont aux soins intensifs.

On compte six éclosions, dont une dans une école et une dans un service de garde. Les autres sont en milieu de travail. Par ailleurs, une quarantaine de milieux sont sous surveillance, selon le CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Quand on regarde les cas, quand on regarde les hospitalisations, la grande majorité, ce sont des personnes non vaccinées ou des personnes qui n'ont qu'une dose, souligne Dr Jacques Girard.

Un étudiant vu de haut, qui se met une longue tige dans la narine.

Un étudiant vu de haut, qui se met une longue tige dans la narine.

Photo : Associated Press / Rick Bowmer

Majorité de jeunes testés

La majorité des personnes qui subissent des tests de dépistage présentement, ce sont des jeunes de moins de 16 ans.

Le Dr Girard croit que l’arrivée prochaine des tests de dépistage rapide, dans les écoles, va également permettre de réduire l’attente dans les centres de dépistage.

Pour nous, en fait, quand on a des tests rapides, on n'est pas obligé de passer par les laboratoires. On n'est pas obligé de passer par un professionnel de la santé non plus, illustre-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !