•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un enseignant coupable d’attouchements dirige une école privée

Anthony Ross dans une photo avec d'autres personnes dont l'image a été brouillée pour protéger leur identité.

Anthony Ross a été reconnu coupable d'agression sexuelle sur un élève et d'inconduite professionnelle.

Photo : Site web de l'école privée Convoy

Radio-Canada

Anthony Ross, qui a été reconnu coupable d'agression sur un élève en 2019 et qui a perdu son permis d'enseignant pour inconduite, est devenu directeur d'une école privée en banlieue de Toronto, a appris CBC.

L'établissement en question, Convoy International Secondary Academy, accueille des étudiants étrangers et a des classes dans un édifice de bureaux à Markham, en plus d'un grand campus avec hébergement près de Barrie.

Chaque élève doit payer 10 000 $ par année en droits de scolarité.

Anthony Ross, qui utilise maintenant le prénom Antonio, a plaidé coupable en 2019 d'une accusation d'agression sur un élève pour des attouchements, alors qu'il travaillait pour le conseil scolaire public anglais de la région de York.

Il avait écopé à l'époque d'une peine de 12 mois avec sursis.

L'Ordre des enseignants de l'Ontario a aussi révoqué son droit d'enseigner l'an dernier, après qu'il eut été reconnu coupable d'inconduite professionnelle.

Règles différentes pour les écoles privées

En Ontario, rien n'empêche toutefois un individu condamné au criminel ou qui a perdu son permis d'enseignant de travailler dans une école privée.

Selon la loi provinciale, seules les écoles publiques sont tenues de vérifier les antécédents criminels et professionnels de leurs employés et bénévoles.

Noni Classen, directrice de l'éducation au Centre canadien de protection de l'enfance, trouve la situation troublante. Les écoles privées devraient être assujetties aux mêmes normes, dit-elle.

La Fédération ontarienne des écoles indépendantes, qui représente 83 écoles privées, assure que ses membres font des vérifications annuelles des antécédents de leurs employés et bénévoles, même si ce n'est pas obligatoire.

Toutefois, l'Académie Convoy ne fait pas partie de ce regroupement et on ne sait pas si l'établissement a examiné le passé d'Anthony Ross avant de l'embaucher. L'homme de 57 ans n'a pas voulu répondre aux questions de CBC.

De son côté, le ministère de l'Éducation explique que les écoles privées fonctionnent indépendamment du gouvernement et qu'il revient aux parents de faire leurs devoirs avant d'y inscrire leur enfant.

Mme Classen pense que le gouvernement devrait exercer une plus grande surveillance. C'est très préoccupant, dit-elle.

Avec des renseignements fournis par John Lancaster, de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !