•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Légionellose : la ministre promet des règles encadrant les tours de refroidissement

Des tours de refroidissement sur le toit d'un bâtiment industriel.

Le Nouveau-Brunswick recense une première éclosion de légionellose à Moncton en 2019, puis une seconde en 2021.

Photo : Radio-Canada / Pierre Fournier

Radio-Canada

La ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Dorothy Shephard, dit vouloir que des règles soient établies pour la mise en place d’un registre des tours de refroidissement ainsi que pour les inspections de ces dernières. Cette déclaration survient alors qu'une huitième personne a contracté la légionellose dans la région de Moncton.

Dorothy Shephard affirme qu’il est incertain qu’un projet de loi soit présenté cet automne, mais qu’elle souhaite absolument qu’il le soit d’ici le printemps.

La ministre précise qu’il faut prendre le temps de bien faire les choses.

La ministre de la Santé Dorothy Shephard.

La ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Dorothy Shephard, en juillet 2021.

Photo : Radio-Canada

Les responsabilités qu’auront les municipalités dans ce dossier demeurent floues.

Parallèlement, la santé publique tente de déterminer si les tours de refroidissement de Moncton ont causé les huit cas de légionellose signalés depuis cet été.

L’une des personnes qui a contracté la maladie est morte à la fin du mois d'août.

Deux éclosions, un rapport

C’est la première fois que la ministre Dorothy Shephard prend la parole publiquement pour aborder les recommandations formulées par le médecin hygiéniste régional de Moncton, le Dr Yves Léger.

En 2019, une première éclosion de légionellose dans la région de Moncton avait mené à l’hospitalisation de 16 personnes.

Le Dr Yves Léger avait alors recommandé à la province la mise en place d’un registre des tours de refroidissement et des inspections fréquentes, pour identifier plus rapidement la présence de la bactérie qui cause la maladie. Cela permettrait, selon lui, d’éviter de futures éclosions.

La mairesse de Moncton, Dawn Arnold, avait fait la même requête.

Au lieu de créer un registre pour l’ensemble du territoire, Fredericton avait plutôt demandé aux municipalités de tenir leur propre registre, et de recenser les nouvelles constructions qui possèdent une tour de refroidissement par l’entremise du processus de demande de permis de construction.

Toutefois, il n’y avait aucune mention des anciennes tours de refroidissement, ni d’exigences en matière de tests et de nettoyages réguliers.

La bactérie responsable de la légionellose.

La bactérie responsable de la légionellose se nomme Legionella.

Photo : La Presse canadienne / AP / Janice Haney Carr

Cette fois-ci du moins, Dorothy Shephard est bien claire en ce qui concerne ce futur projet de loi : il ne s’agit plus de seulement répertorier les tours de refroidissement.

Un système de signalement lors des inspections ainsi que des dispositifs pour les tester seront mis en place.

Ce n'est pas qu'un registre. C'est un processus complet, affirme-t-elle.

Revendications pour un registre provincial

Dorothy Shephard souligne que ce chantier requiert plus de travail que prévu initialement.

Des décisions doivent être prises sous peu pour savoir s’il faut créer un registre central ou un registre géré par les municipalités, avec l’aide de la province.

Selon l’ex-commissaire adjoint chez NYC Health, Chris Boyd, une approche centralisée serait préférable, puisqu’elle permettrait aux autorités de consulter un seul registre.

Chris Boyd en entrevue.

Chris Boyd a déjà travaillé pour la santé publique new-yorkaise lors d'une importante éclosion de légionellose dans cette région.

Photo : CBC

Ce dernier avait déjà qualifié d'inadéquate l’approche du gouvernement néo-brunswickois lorsque celui-ci avait demandé aux municipalités de répertorier ses tours dans un document Excel.

Le porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, Jean-Claude D’Amours, croit également que la province ne doit pas laisser ce travail aux municipalités.

Selon lui, l’éclosion de 2019 aurait dû être un signal d’alarme pour le gouvernement Higgs. Nous sommes maintenant en 2021, avec une seconde éclosion, et rien n’a encore été fait concrètement, a-t-il dit lundi, avant l’annonce publique de Dorothy Shephard.

À l'heure actuelle, deux personnes atteintes de légionellose sont hospitalisées dans la province.

Avec les informations de Shane Magee de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !