•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Premières Nations de la C.-B. déçues de l’absence des chefs fédéraux à leur AGA

Le chef du NPD s'est excusé de ne pas avoir été présent, tandis que les libéraux et les conservateurs disent avoir été représentés par l'un de leurs candidats.

Terry Teegee.

Terry Teegee, chef régional de l'Assemblée des Premières Nations de la Colombie-Britannique, dit qu'il est décevant que Justin Trudeau, Erin O'Toole et Jagmeet Singh ne participent pas à l'assemblée générale annuelle de l'Assemblée, qui se tient moins d'une semaine avant que les Canadiens ne se rendent aux urnes.

Photo : CBC/Maggie MacPherson

Radio-Canada

Les dirigeants autochtones de plus de 200 Premières Nations de la Colombie-Britannique réunis virtuellement pour leur assemblée générale annuelle cette semaine déplorent qu'aucun des chefs des principaux partis fédéraux n'ait accepté de venir à leur rencontre.

Les chefs des principaux partis en campagne ont tous trois refusé l'invitation à assister de façon virtuelle à l'assemblée générale annuelle de l’Assemblée des Premières Nations, selon une déclaration de l'Assemblée des Premières Nations de la Colombie-Britannique. Pourtant, à quelques jours du scrutin, ils font activement campagne dans la province.

Le premier ministre sortant, Justin Trudeau, était dans la région métropolitaine de Vancouver lundi, Erin O'Toole sera dans la province mardi, et la circonscription de Jagmeet Singh est à Burnaby.

Nous ne sommes plus une priorité.

Une citation de :Terry Teegee, Chef régional, Assemblée des Premières Nations de la Colombie-Britannique

L'Assemblée des Premières Nations de la Colombie-Britannique affirme que tous les dirigeants ont été invités suffisamment à l'avance et ont bénéficié d'une certaine souplesse à l'intérieur du programme afin qu'ils puissent facilement trouver un moment de s'adresser aux délégués. Elle souligne qu'aucune explication concrète quant à leur refus n’a été offerte.

Un manquement envers les Premières Nations

Selon Terry Teegee, le chef régional de l'Assemblée des Premières Nations de la Colombie-Britannique, cela remet en question l'engagement des chefs envers une réconciliation véritable et durable.

S'ils ne peuvent pas consacrer 10 minutes à ces questions pendant la campagne électorale, quel genre d'attention accorderont-ils à la réconciliation une fois qu'ils seront élus, se demande-t-il.

De plus, il soutient que leur absence empêche un dialogue entre les dirigeants fédéraux et ceux des Premières Nations.

Jagmeet Singh présente ses excuses, les 2 autres partis représentés

De passage à Toronto mardi, le chef du NPD, Jagmeet Singh, a présenté ses excuses à l’Assemblée des Premières Nations de la Colombie-Britannique.

C’était une erreur, et j’en prends la responsabilité. Cela n’aurait jamais dû arriver, dit celui qui s’est positionné comme un allié des Autochtones au cours de la campagne électorale fédérale.

Lors d'un événement de campagne à Richmond, dans le Grand Vancouver, Justin Trudeau a pour sa part indiqué qu'un de ses candidats autochtones « extraordinaires » était présent à la réunion des chefs et que son parti a obtenu de vrais résultats sur la question de la réconciliation.

Un porte-parole d'Erin O'Toole a souligné que la candidate conservatrice de Burnaby-Nord-Seymour, Kelsey Shein, a représenté le Parti conservateur lors de la rencontre.

De nombreux enjeux

Les délégués auraient aimé savoir comment les trois partis prévoient apporter des changements concrets à leurs relations avec les Autochtones, notamment à quel moment et de quelle façon ils comptent mettre en œuvre les 94 recommandations de la Commission de vérité et réconciliation du Canada.

Ils auraient aussi voulu que les chefs de parti abordent les problèmes auxquels font face les Autochtones de la Colombie-Britannique, notamment les femmes autochtones disparues et assassinées, les découvertes traumatisantes faites sur les terres des pensionnats, la crise des opioïdes, les sans-abri et les saisons dévastatrices de feux de forêt.

Terry Teegee a également noté qu'en 2015 le gouvernement libéral avait déclaré que la relation la plus importante était celle avec les peuples autochtones, mais que les problèmes d'eau qui perdurent dans les communautés des Premières Nations et l'absence d'échéancier pour la mise en oeuvre des recommandations de la Commission de vérité et réconciliation semblent démontrer le contraire.

L'assemblée générale annuelle de l'Assemblée des Premières Nations de la Colombie-Britannique a débuté mardi et se poursuit jusqu'à jeudi.

D'autre part, un certain nombre de candidats autochtones aux élections fédérales s'adresseront au groupe.

Avec des informations de The Early Edition

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !