•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des militants antivaccins visitent une autre école secondaire de Montréal

La police est intervenue, mais elle s'est contentée de leur donner une contravention pour bruit excessif.

Un petit groupe de manifestants réunis sur une place publique.

Une demi-douzaine de militants antivaccins s'étaient rassemblés mardi devant l'école secondaire Robert-Gravel, dans l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal.

Photo : Hala Mehio

Radio-Canada

L'avertissement de Valérie Plante ne semble pas avoir dissuadé les opposants aux mesures sanitaires de manifester devant les établissements scolaires de la métropole.

Malgré l'ultimatum lancé lundi par la mairesse de Montréal, une demi-douzaine de militants antivaccins se sont rassemblés mardi devant l'école secondaire Robert-Gravel, dans le Mile-End, pour propager leur message aux élèves.

L'événement s'est produit pendant l'heure du dîner. Les manifestants utilisaient un porte-voix et scandaient des discours à l'intention des élèves attroupés devant l'école.

Le SPVM a confirmé à Radio-Canada avoir reçu plusieurs appels au 911, d'autant plus que les manifestants filmaient les élèves avec un téléphone intelligent.

Cela dit, personne n'a été arrêté, mardi. Des agents sont intervenus, mais ils se sont contentés de donner un constat d'infraction pour bruit excessif aux manifestants.

François Amalega faisait partie des manifestants. Cette personne multiplie les coups d'éclat depuis quelque temps. Il a notamment interrompu un point de presse de la santé publique, le 10 août, et celui de la mairesse de Montréal, le 24 août.

Le militant antivaccins était également de ceux qui ont manifesté devant l'école secondaire Louis-Riel et devant la polyvalente Louis-Joseph-Papineau, vendredi dernier.

La classe politique s'impatiente

La vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbeault, trouve la situation exaspérante.

D'instrumentaliser des lieux comme ça, où en plus il y a des clientèles vulnérables, il y a des enfants et tout ça, je trouve que ça n'a pas de bon sens, a-t-elle déclaré mardi, alors que reprenaient les travaux à l'Assemblée nationale.

La députée de Québec solidaire Ruba Ghazal, qui représente les électeurs de Mercier, s'est dite pour sa part très troublée par ce qui s’est passé dans sa circonscription, mardi.

Les militants antivaccins viennent de dépasser la ligne en prenant pour cible des enfants, a-t-elle tweeté. J’ai contacté la direction de l’école Robert-Gravel et je les remercie pour leur réaction rapide.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.