•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ugo Fredette en appel : la preuve n’était pas « accablante », plaide son avocat

Illustration d'Ugo Fredette, cheveux courts et lunettes, assis dans le box des accusés.

Croquis d'Ugo Fredette lors de son procès, en 2019

Photo : Radio-Canada

Quatre ans jour pour jour après avoir poignardé son ex-conjointe Véronique Barbe et battu à mort l'automobiliste Yvon Lacasse, Ugo Fredette était devant la Cour d'appel, à Montréal, mardi, pour réclamer un nouveau procès.

La journée pouvait difficilement être plus éprouvante pour Claudette Biard, la mère de la première victime, qui a écouté en silence les arguments juridiques du tueur, son ancien gendre, entourée de ses proches, dans la salle d'audience.

Selon la preuve de la poursuite, le 14 septembre 2017, Ugo Fredette a poignardé 17 fois Véronique Barbe, 41 ans, parce qu'il n'acceptait pas qu'elle veuille le quitter. Il s'est enfui de leur maison de Saint-Eustache avec un enfant, a tué Yvon Lacasse, un inconnu âgé de 71 ans, à Lachute, pour voler son véhicule, et a poursuivi sa fuite jusqu'en Ontario, où il a été arrêté le lendemain.

La preuve n'est pas accablante sur chacune des infractions sous-jacentes, a plaidé Me Philippe Comtois devant trois juges de la Cour d'appel. Il estime que des erreurs de droit ont été commises dans les directives données au jury en vue de leurs délibérations, à la fin du procès en octobre 2019.

Pour reconnaître Ugo Fredette coupable du meurtre au premier degré de Véronique Barbe, les jurés devaient tous conclure qu'il l'avait harcelée ou séquestrée ou les deux. En revanche, le jury n'avait pas à être unanime sur l'une des deux circonstances.

Concernant Yvon Lacasse, chaque juré avait deux options pour déclarer Ugo Fredette coupable de meurtre au premier degré : soit le meurtre était prémédité, soit le tueur séquestrait l'enfant emmené dans sa cavale au moment de tuer le septuagénaire. Encore une fois, le jury n'avait pas à être unanime sur la circonstance présente.

Une erreur, selon Me Comtois.

Les jurés devraient être unanimes sur la façon d'arriver au meurtre au premier degré.

Une citation de :Philippe Comtois, avocat d'Ugo Fredette

Il a répété qu'il s'agit de l'infraction la plus grave du Code criminel.

Martelant que la preuve contre son client n'est pas accablante sur les circonstances aggravantes, il a suggéré que le jury a peut-être été divisé, ce qui aurait dû mener à un acquittement sur les chefs de meurtre au premier degré, selon lui.

Ugo Fredette, 45 ans, a suivi l'audience par téléphone à partir du centre de détention, sans prendre la parole.

Pas d'erreur, dit le DPCP

Les directives au jury étaient conformes à la jurisprudence, a rétorqué la poursuite.

La preuve est totalement accablante sur chacun des deux chefs, a plaidé le procureur Alexis Marcotte-Bélanger, ajoutant qu'advenant un nouveau procès, un jury conclurait inévitablement à la culpabilité de M. Fredette sur chacun des deux chefs.

Les proches de Véronique Barbe, visiblement ébranlés, n'ont pas souhaité commenter le déroulement de l'audience, en cette journée hautement symbolique. Ils font preuve de beaucoup de courage, ils sont très sereins et ils sont heureux de la manière dont ça s'est passé, a affirmé M. Marcotte-Bélanger après s'être entretenu avec eux.

La Cour d'appel a mis l'affaire en délibéré.

Ugo Fredette a écopé de l'emprisonnement à vie sans possibilité de libération avant 25 ans.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales a porté cette décision en appel, afin qu'il écope de peines consécutives, soit 50 ans de détention ferme avant toute possibilité de libération.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !