•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un travailleur albanais attendu à Dolbeau-Mistassini refusé d’entrée au pays

La façade du motel Chute des Pères.

Le motel Chute des Pères de Dolbeau-Mistassini a fermé quelques chambres cet été en raison d'un manque de personnel.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Radio-Canada

Un travailleur originaire d’Albanie ne peut se rendre à Dolbeau-Mistassini en raison du refus d’Immigration et Citoyenneté Canada de lui accorder un permis de travail temporaire. Déterminé, le cuisinier a soumis une deuxième demande il y a quelques jours.

Dans une lettre acheminée à Bledar Kerni, envoyée en copie à la direction du motel Chute des Pères de Dolbeau-Mistassini, où il devait être embauché, les autorités fédérales ont indiqué que compte tenu de la durée du séjour proposé et des perspectives d'emploi limitées dans le pays de résidence , le permis lui était refusé.

Exaspérée, la directrice de l’établissement, Audrey Rousseau, n’y comprend rien. Elle se démène comme un diable dans l’eau bénite depuis le début de l’été pour effectuer diverses tâches en raison du manque de personnel. La situation est si critique que le restaurant a dû fermer ses portes quelques jours par semaine. Afin de dénicher un cuisinier d'expérience, elle s'est tournée vers l'immigration en décembre 2020. Bledar Kerni a franchi les premières étapes auprès du gouvernement fédéral, mais a finalement essuyé un refus.

Bledar Kerni devant une table avec des assiettes remplies de nourriture.

Bledar Kerni possède une vingtaine d’années d’expérience comme cuisiner.

Photo : Avec la gracieuseté de Bledar Kerni

On était en train de magasiner une maison pour recevoir la famille. On a fait des demandes pour des cours de francisation parce que ce sont des gens qui ne parlent pas français. [...] Là où ça s'est gâté, c'est lorsque le candidat a fait sa demande de permis de travail à l'ambassade. Là, ils l'ont refusé. Toute cette procédure-là, le temps investi et les sous, c'est tombé à l'eau , se désole Audrey Rousseau.

La demande de l’Albanais a été soumise à l’ambassade du Canada à Rome, comme le veut la procédure.

Incompréhension

Directrice générale de Portes ouvertes sur le Lac, Josée Bouchard est interloquée.

On a une personne qualifiée qui répondait à tous les critères que le Canada demande habituellement […]. On a un problème démographique aussi. Ce n’est pas seulement un problème de main-d'œuvre. C'est un double problème qu'on a en région. Et dans le haut du Lac, c'est encore plus difficile, fait-elle valoir.

La conclusion qu'Audrey Rousseau tire à la suite du refus d’Immigration et Citoyenneté Canada est que les autorités fédérales craignent que le nouvel arrivant décide de s’établir au pays en permanence. Il n'a cependant pas été possible d'avoir de précisions à ce sujet.

Il y a une mauvaise coordination entre ce qui est véhiculé ici au Canada. Même si c'est un programme temporaire, informellement, ils nous disent que oui, c'est une porte d'entrée pour les immigrants, puis au niveau des ambassades , poursuit la directrice.

Josée Bouchard ne comprend pas la réticence du Ministère.

Josée Bouchard devant la rivière Mistassini.

La directrice générale de Portes ouvertes sur le Lac, Josée Bouchard, ne comprend pas la décision d'Immigration Canada.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Si ces personnes-là tombent en amour une fois qu'ils sont ici dans la région, bien mon Dieu, il faut célébrer ça! , lance-t-elle.

La réponse à la seconde demande de Bledar Kerni, dans laquelle il tente de convaincre l’ambassade que son passage sera temporaire, est attendue d’ici quelques jours.

D'après le reportage de Laurie Gobeil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !