•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5 questions aux candidats dans Berthier-Maskinongé

Des vaches et des bâtiments agricoles.

La circonscription de Berthier-Maskinongé comprend les MRC de Maskinongé, de D'Autray et une partie de la MRC de Matawinie ainsi que le secteur de Pointe-du-Lac à Trois-Rivières, indique Élections Canada.

Photo : Radio-Canada

Les candidats des cinq principaux partis de la circonscription de Berthier-Maskinongé ont répondu à quelques-unes de nos questions afin de vous permettre d'en savoir davantage sur leur vision de la société en vue du scrutin du 20 septembre.

Nous avons soumis les questions aux candidats des cinq principaux partis en leur imposant un nombre de mots maximal pour chaque réponse. Le candidat conservateur, Léo Soulières, n'a pas répondu à nos questions, il préférait concentrer ses énergies sur le terrain.

1. Pourquoi souhaitez-vous être député?

Le visage d'Alexandre Bellemare.

Alexandre Bellemare, 38 ans, est le candidat libéral dans Berthier-Maskinongé.

Photo : Gracieuseté du Parti libéral du Canada

Alexandre Bellemare : La COVID a provoqué une réflexion sur mon implication sociale. Impressionné par la gestion responsable de la pandémie par le gouvernement Trudeau, j’ai trouvé naturel de porter les couleurs du Parti libéral pour faire partie d’une relance responsable, ordonnée et centrée sur les valeurs humaines.


Ruth Ellen Brosseau dehors dans une ferme.

Ruth Ellen Brosseau, 36 ans, est la candidate néo-démocrate dans Berthier-Maskinongé.

Photo : Gracieuseté de l'équipe de la candidate

Ruth Ellen Brosseau : *Ces 2 dernières années, j’ai vécu les difficultés avec lesquelles les citoyen(e)s de Berthier-Maskinongé doivent conjuguer. Les gens m'ont partagé leur réalité et leurs préoccupations. Notre voix ne semble pas être entendue. Je souhaite être cette voix tout en continuant mon travail sur le terrain.


Le haut du corps et le visage d'Yves Perron.

Yves Perron, 53 ans, est le candidat bloquiste dans Berthier-Maskinongé.

Photo : Gracieuseté de l'équipe du candidat

Yves Perron : Pour servir les gens et faire avancer les dossiers et régler les problématiques. Je suis un homme de terrain qui aime les actions concrètes. Il faut écouter ce que les gens disent sur le terrain et porter leur voix. Représenter la population est un privilège qui nous donne l’occasion de changer les choses.


Laurence Requilé dans une forêt.

Laurence Requilé, 46 ans, est la candidate verte dans Berthier-Maskinongé.

Photo : Gracieuseté de l'équipe de la candidate

Laurence Requilé : *Pour moi, l’environnement est l’enjeu majeur depuis plusieurs années déjà, et aucun autre parti ne représente mieux les défis liés à la protection de notre environnement que le parti vert, qui inclut la protection de notre planète à travers toutes les sphères politiques (transport, santé, économie, énergie, agriculture, etc.)  


2. Quel emploi occupiez-vous au moment de vous lancer en politique?

  • Alexandre Bellemare : Avocat à la Régie de l'énergie du Québec
  • Ruth Ellen Brosseau : J’ai beaucoup travaillé à la ferme familiale et je me suis investie dans différents projets afin de dynamiser notre économie locale.
  • Yves Perron : J’étais enseignant d’histoire au secondaire à Saint-Félix-de-Valois.
  • Laurence Requilé : Je suis fleuriste (travailleuse autonome), spécialisée pour les événements.

3. À quels deux problèmes propres à votre circonscription souhaitez-vous vous attaquer si vous êtes élu?

Alexandre Bellemare (PLC) : Des enjeux majeurs de la circonscription sont communs d’un océan à l’autre. Il faut s’attaquer à la pénurie de main-d’œuvre en prolongeant le Programme d’embauche pour la relance économique du Canada afin que les entreprises puissent embaucher plus de travailleurs. Il faut également soutenir les travailleurs à faible revenu en continuant de bonifier l’Allocation canadienne pour les travailleurs.

Ruth Ellen Brosseau (NPD) : *Il n’y a pas une journée qui passe où on ne me parle pas des problèmes d’Internet haute vitesse et de téléphonie cellulaire, du manque de main-d’œuvre ou de la hausse du coût de la vie, par exemple. Je compte prioriser ces enjeux, en plus de soutenir le milieu agricole et de travailler à bâtir une société plus verte.

Yves Perron (BQ) : Le déploiement de l’Internet haute vitesse et assurer une couverture cellulaire fiable sur l’ensemble du territoire. Il faut aussi des actions rapides pour combler les besoins de main-d’œuvre. Les dossiers de la pyrrhotite, de l’érosion des berges et celui de l’agriculture et l’importance de favoriser l’achat local et l’augmentation de la transformation régionale sont aussi très importants.

Laurence Requilé (PVC) : La diminution des gaz à effet de serre (GES) en augmentant l’offre de transport alternatif, en diminuant l’utilisation des pesticides, en protégeant les espaces boisés, en limitant l’étalement urbain, en promouvant une diminution de la consommation, etc. Un mieux vivre ensemble par les arts, l’inclusion sociale, un logement abordable pour tous, etc.


4. Quel enjeu d’envergure nationale vous tient particulièrement à coeur?

Alexandre Bellemare (PLC) : Les conditions de vie de nos aînés en centre de soins longue durée. Il est urgent d’élaborer une loi sur les soins de longue durée sécuritaires pour que les aînés obtiennent les soins qu’ils méritent.

Ruth Ellen Brosseau (NPD) : *Les conséquences de la crise climatique sont présentes et affectent tout le monde. Nous avons vu les températures battre  des records cet été. L’urgence climatique doit être abordée de façon pressante.

Yves Perron (BQ) : L’amélioration de la qualité de vie de nos aînés. Il est inacceptable de voir le gouvernement créer deux classes d’aînés. Il faut augmenter les pensions de vieillesse à partir de 65 ans.

Laurence Requilé (PVC): *Le respect de l’environnement, principalement la protection des forêts qui sont nos poumons. Je souhaite tellement que nous prenions conscience que nous sommes partie intégrante de l’environnement.


5. Si un vote libre devait avoir lieu sur ces enjeux, comment voteriez-vous?

  • Pour ou contre le droit à l’avortement?

Alexandre Bellemare : Pour, nous sommes en 2021!

Ruth Ellen Brosseau : Pour, le débat devrait être clos. Il faut améliorer l’accès à l’avortement.

Yves Perron : Pour, le droit des femmes à disposer de leur corps ne doit pas être remis en question.

Laurence Requilé : Pour le droit à l’avortement.


  • Pour ou contre un contrôle plus sévère des armes à feu?

Alexandre Bellemare : Pour, particulièrement pour les modèles d’armes à feu de style arme d’assaut.

Ruth Ellen Brosseau : Pour, le gouvernement doit réglementer davantage et interdire les armes d’assaut.

Yves Perron : Pour

Laurence Requilé : Pour un contrôle plus sévère.


  • Pour ou contre la vaccination obligatoire contre la COVID-19?

Alexandre Bellemare : Pour, partout où il est légalement possible de l'exiger.

Ruth Ellen Brosseau : La lutte contre la COVID-19 passe inévitablement par la vaccination.

Yves Perron : Pour la sensibilisation à se faire vacciner.

Laurence Requilé : Contre, cela doit rester un choix pour chaque individu de disposer de son corps.

* Ces réponses ont dû être raccourcies, parce que les candidats avaient dépassé le nombre maximal de mots permis. Cette possibilité leur a été présentée au moment de leur envoyer le questionnaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !