•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministre Dubé n’exclut pas des ruptures de services en Outaouais

Un panneau extérieur indiquant le service d'urgence d'un hôpital.

L'urgence de l'Hôpital de Gatineau est déjà partiellement fermée (archives).

Photo : Radio-Canada / Eloic Hamel

Radio-Canada

Le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Christian Dubé, indique que certaines régions du Québec, comme l’Outaouais, pourraient être visées par de nouvelles diminutions de services ou du délestage dans les prochaines semaines.

Vous ne serez pas surpris d’entendre qu’on a des enjeux de personnel qui sont très importants et qu’on aura à faire des choix de services dans certaines régions du Québec, parce qu’il nous manque du personnel, a-t-il déclaré, mardi, en point de presse à Québec.

Le ministre a surtout insisté sur la situation précaire en Abitibi, mais n’a pas exclu que du délestage de services ou de la réorganisation importante de services puissent survenir en Outaouais.

On va peut-être le vivre en Outaouais aussi.

Une citation de :Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec
Christian Dubé en conférence de presse, esquisse un geste de la main en répondant à une question.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Il n’a pas manqué d’affirmer que le fait que l’Ontario, qui offre de généreuses sommes à l’embauche, fait perdre des infirmières au réseau québécois dans l’ouest de la province.

En Abitibi, c’est probablement très semblable à ce qu’on vit en Outaouais avec des primes qui sont payées en Ontario de 10 000 $ pour venir chercher certaines de nos infirmières.

Il a assuré que son gouvernement continuait de travailler sur le problème de la pénurie de main-d'œuvre, soulignant, une fois de plus, qu'il existait avant la pandémie de COVID-19.

La possibilité d'une diminution de services mentionnée par le ministre a fait bondir la présidente par intérim du Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais (SPSO), Karine D’Auteuil.

Beaucoup de services sont déjà en délestage, donc [...] c’est quand même assez épeurant, a-t-elle réagi en entrevue.

Elle a rappelé que l’urgence de l’Hôpital de Gatineau est toujours partiellement fermée. Celle-ci a été fermée complètement pendant plusieurs jours, à la fin juin. Elle a ensuite été rouverte à certains patients ayant des besoins de soins urgents : les femmes enceintes, les enfants âgés de 0 à 17 ans et les personnes ayant des problèmes de santé mentale.

Depuis le 18 juillet, l’urgence est accessible à tous, mais seulement entre 8 h et 18 h.

La gestion des ressources humaines au CISSS de l'Outaouais est un défi de tous les instants. Les équipes de soins et l'ensemble des professionnels de la santé se mobilisent 24 heures sur 24 et innovent afin de maintenir les soins et les services de santé à la population, a soutenu, mardi, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais, par courriel.

Au moment de son entrevue avec ICI Ottawa-Gatineau, Karine D’Auteuil ne savait pas quels services pourraient être touchés par du délestage supplémentaire en Outaouais, si tel était le cas. Elle a dit ne pas avoir reçu d’indication en ce sens.

Chose certaine, elle a vertement critiqué le ministre de la Santé qui, selon elle, tarde à agir depuis des années face à la pénurie de main-d'œuvre dans le réseau de la santé. Ça fait longtemps qu’on a frappé le mur en Outaouais avec une pénurie dangereuse.

La présidente par intérim du SPSO avait également mis en garde, récemment, sur l'effet que la vaccination obligatoire dans le milieu de la santé pourrait avoir sur le manque de main-d'œuvre. Selon les plus récentes informations du CISSS de l'Outaouais, près de 1000 de ses employés n'ont toujours pas reçu de première dose, alors que plus de 93,5% des employés ont reçu leur première dose et 88,2% sont adéquatement vaccinés.

Avec les informations de Laurie Trudel et d’Ismaël Sy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !