•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les terres des Sœurs de la Charité s’invitent dans la campagne municipale

Les terres des Soeurs de la charité

Les terres des Soeurs de la Charité sont situées à l'angle de l'avenue du Bourg-Royal et de l'autoroute Félix-Leclerc.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

À quelques jours du lancement officiel de la campagne municipale, la dauphine de Régis Labeaume est en situation défensive. Celle qui a longtemps appuyé le projet de développement immobilier du promoteur Michel Dallaire sur les terres des Sœurs de la Charité embrasse maintenant le projet d’agroparc du gouvernement caquiste.

La responsable des dossiers d’aménagement du territoire et candidate à la mairie de Québec, Marie-Josée Savard, admet que sa pensée a évolué. L’important c’est ce qu'il adviendra de ces terrains.

On va justement les développer autrement que par de l’habitation. Moi je pense que c’est ça que les citoyens souhaitaient d’abord et avant tout. C’est tout à fait un projet louable et on embarque à 100 % là-dedans.

Ses adversaires y voient plutôt un manque d’écoute de la cheffe d’équipe Marie-Josée Savard envers la population.

Madame Savard a tenu un discours où elle mettait de l’avant l'expropriation et le lotissement de ces terres, rétorque le chef de Démocratie Québec, Jean Rousseau.

Elle n’a aucune crédibilité quand vient le temps de parler des terres des Sœurs de la Charité. Elle est la droite continuité de l’arrogance et de la non-écoute du maire.

Une citation de :Jean Rousseau
Le chef de Démocratie Québec, Jean Rousseau et sa candidate dans Robert-Giffard, Lyne Girard, marchent sur les terrains des Sœurs de la Charité.

La candidate de Démocratie Québec dans Robert-Giffard voit dans le projet d'agroparc l'occasion de favoriser l'agriculture urbaine et l'implication citoyenne.

Photo : Radio-Canada

Le chef de Québec forte et fière (QFF), Bruno Marchand, rappelle qu’elle a milité pour le développement immobilier de ces terres pendant plusieurs années malgré l’opposition citoyenne. De son côté, QFF a toujours voulu maintenir la vocation agricole de ces terres, souligne-t-il.

Les citoyens disent ce qu'ils veulent et on ne les écoute pas et ça a pris le gouvernement pour venir protéger ces terres-là.

Une citation de :Bruno Marchand, chef de Québec forte et fière

Relation avec le gouvernement provincial

M. Rousseau croit que l'entrée en scène du gouvernement est un camouflet pour l'administration Labeaume et qu'un changement de garde à la mairie est nécessaire pour valoriser les terres des Sœurs de la Charité.

Le chef de Québec forte et fière abonde dans le même sens. Il affirme que le gouvernement Legault vient de remettre l'administration Labeaume à sa place en déposant une offre d'achat pour les terres agricoles des Sœurs de la Charité.

Selon Bruno Marchand, l'intervention du provincial est la preuve de la rupture du lien de confiance avec l'administration en place, qui a tenté par deux fois de faire approuver un projet d'ensemble résidentiel sur les terres des religieuses.

Moins incisif, le chef de Québec 21 a quant à lui présenté ses candidats dans les districts de Saint-Louis-Sillery et des Monts, Claude Duplessis et Éric Ralph Mercier. Son équipe compte maintenant des candidats dans 19 des 21 districts de la ville. Les derniers aspirants conseillers municipaux seront présentés vendredi matin.

Tous les partis municipaux appuient dorénavant la conservation de la vocation agricole des terres des Sœurs de la Charité.

La cheffe de Transition Québec, Jackie Smith, ajoute qu’elle espère que les citoyens seront consultés en amont du projet.

Avec la collaboration d'Olivier Lemieux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !