•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le sommet du Pic-de-la-Tête-de-Chien de nouveau accessible au parc des Monts-Valin

Une passerelle de bois au sommet d'une montagne.

La nouvelle portion du sentier du Pic-de-la-Tête-de-Chien offre une vue spectaculaire.

Photo : Gracieuseté du parc national des Monts-Valin

Depuis mardi, et pour la première fois depuis le début des années 2000, les randonneurs ont accès au sommet du sentier du Pic-de-la-Tête-de-Chien, dans le parc national des Monts-Valin.

Ce pic avait été fermé en raison de l’impact causé par le piétinement des randonneurs sur le fragile milieu arctique-alpin, a indiqué un communiqué de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq).

Un ensemble de trottoirs de bois, de passerelles et de belvédères sur une distance de 350 mètres permet d'avoir accès à ce sommet d'une altitude de 575 mètres.

Un sentier de bois sur le bord d'une falaise.

Le sentier a été aménagé près de la falaise.

Photo : Gracieuseté du parc national des Monts-Valin

Des travaux ont eu lieu dans tout le sentier d'une longueur de 8,5 kilomètres aller-retour. Il sera ouvert initialement pendant trois saisons. L'enveloppe totale s'est élevée à 250 000 $.

Une vue spectaculaire

Le directeur du parc national des Monts-Valin, François Guillot, explique en quoi le point de vue vaut l'effort. C'est spectaculaire. D'une part, on a une vue, ce n'est pas le plus haut sommet de la montagne en passant, mais ce qui est impressionnant, au-delà de la vue, du panorama, c'est le feeling d'être parfois dans le vide, parce que c'est un escarpement. C'est vraiment un bloc qui s'est détaché de la montagne, donc c'est des parois tout le tour. Souvent, sur les passerelles et les belvédères qu'on a aménagés, on a souvent l'impression d'être dans le vide, a-t-il partagé.

Un sentier en bois à flanc de montagne.

Le sentier a été conçu pour éviter le piétinement des randonneurs sur le fragile milieu arctique-alpin.

Photo : Gracieuseté du parc national des Monts-Valin

Le sentier a d'abord été aménagé au début des années 80 par le Club des randonneurs du Saguenay et le parc a été créé en 1996.

Depuis dix ans, l'achalandage à ce sentier est passé de 26 000 jours/visite à 52 000.

Un sentier de bois au sommet d'une montagne.

La nouvelle portion s'étire sur 350 mètres au sommet du sentier du Pic-de-la-Tête-de-Chien.

Photo : Gracieuseté du parc national des Monts-Valin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !