•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ex-directeur du SPVM met en demeure Valérie Plante pour « diffamation »

M. Pichet sur le parvis de l'hôtel de ville.

L'ex-directeur du SPVM, Philippe Pichet

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Dans une mise en demeure acrimonieuse transmise par son avocat, l’ex-directeur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Philippe Pichet, demande à la mairesse de Montréal de retirer certains des propos qu’elle a tenus en point de presse lundi.

M. Pichet, qui a renoncé à son poste de directeur avant d’être destitué en 2018, en a contre les réponses de Mme Plante aux questions des journalistes sur la question de la sécurité publique à Montréal.

Il lui reproche d’avoir dit qu’à son arrivée à l’Hôtel de Ville il a[vait] fallu qu'[elle] change de chef de police, que la pagaille était prise. M. Pichet dénonce également que la mairesse l’ait désigné comme le chef de police choisi par M. Coderre, et ce, bien que Denis Coderre l’ait effectivement choisi comme directeur du SPVM lorsqu’il était maire de Montréal, en 2015.

Enfin, M. Pichet reproche à Mme Plante d’avoir mentionné que l’enquête sur les sources journalistiques a eu des répercussions sur le travail des policiers. La mise en demeure souligne que le rapport de la Commission d’enquête sur la protection de la confidentialité des sources journalistiques (Nouvelle fenêtre) (commission Chamberland) avait conclu que les enquêtes [s'étaient] déroulées dans le respect du cadre législatif en vigueur.

Selon l’avocat de M. Pichet, les propos de Mme Plante lui apposent une étiquette de mauvais gestionnaire de façon arbitraire et erronée, de même qu’une connotation politique inappropriée et sans fondement.

Il est plus qu’évident que vos propos hautement diffamatoires et préjudiciables sont le résultat d’une pure ignorance et improvisation sur un sujet que vous ne maîtrisez de toute évidence pas du tout, peut-on lire dans la mise en demeure signée par Me Daniel Rochefort.

Ce dernier demande à la mairesse de se rétracter dans un forum semblable ou équivalent à celui lors duquel [elle a] tenu ces propos dans un délai de cinq jours. À défaut de quoi, des procédures judiciaires seront entreprises contre vous.

Valérie Plante en point de presse derrière un lutrin du Service incendie de Montréal.

Valérie Plante n'en est pas à sa première prise de bec avec l'ancien chef de police Philippe Pichet. Les deux entretiennent une rivalité depuis quelques années déjà.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

La principale intéressée n'a pas tardé à réagir.

Je suis désolée si M. Pichet s’est senti visé par mes propos d’hier quand je faisais référence au bris de confiance qui régnait au SPVM sous la gouverne de Denis Coderre, a-t-elle indiqué dans une déclaration transmise par son cabinet à Radio-Canada.

J’ai simplement voulu rappeler les faits, à l’effet qu’une enquête était menée par le ministère de la Sécurité publique, et que c’est Denis Coderre qui a définancé le budget de la police et réduit les effectifs, ou encore, qui a coupé les ressources aux unités d’enquête contre les gangs de rue, a ajouté la mairesse.

Notre administration s’affaire à réparer les pots cassés laissés par l’ancien maire, a-t-elle résumé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !