•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les candidats de Montmagny–L’Islet–Kamouraska–Rivière-du-Loup croisent le fer

La rue Lafontaine, à Rivière-du-Loup.

Les électeurs de Montmagny–L'Islet–Kamouraska–Rivière-du-Loup sont appelés aux urnes lundi prochain (archives).

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Radio-Canada

Les quatre principaux candidats dans la circonscription de Montmagny–L'Islet–Kamouraska–Rivière-du-Loup ont croisé le fer mardi matin lors d'un débat organisé par la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup. Il s'agit du seul débat à se tenir dans cette circonscription avant le vote de lundi prochain.

À six jours du scrutin, le débat était une occasion pour les candidats présents, soit Bernard Généreux, député sortant et candidat du Parti conservateur du Canada (PCC), François Lapointe, candidat du Parti libéral du Canada (PLC), Simon Bérubé, candidat du Bloc québécois (BQ) et Sean English, candidat du Nouveau Parti démocratique (NPD), de rappeler leurs idées pour la circonscription.

Bernard Généreux a notamment été la cible de nombreuses attaques de ses adversaires.

Bernard Généreux, pendant le débat.

Bernard Généreux, député sortant et candidat du Parti conservateur du Canada, a été la cible de ses adversaires du Parti libéral et du Bloc québécois pendant le débat.

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

À quelques reprises, le libéral Francois Lapointe et le bloquiste Simon Bérubé l'ont pris à partie.

Ils l'ont, entre autres, interpellé sur l'intention du chef conservateur Erin O'Toole de ne pas honorer l'entente de près de six milliards de dollars conclue entre Ottawa et Québec sur le financement des garderies.

Pourquoi, Bernard, tu ne t'engages pas tout simplement à arracher ta chemise dans ton parti pour leur dire de conserver le transfert de six milliards?, a questionné François Lapointe, candidat du Parti libéral.

François Lapointe parle, pendant le débat.

François Lapointe, candidat du Parti libéral du Canada dans la circonscription

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Le député sortant Bernard Généreux lui a répondu qu'il n'a pas besoin de le faire parce qu'on va donner de l'argent à Québec en plus de donner de l'argent aux parents!

Devant une quarantaine de personnes, dont la mairesse de Cacouna, Ghislaine Daris, les quatre candidats ont donné leur appui au maintien du port d'attache du traversier à Rivière-du-Loup plutôt qu'à son déplacement à Cacouna.

Par contre, leur divergence d'opinions a rejailli lorsqu'est venu le temps de parler d'agriculture et, plus spécifiquement, du maintien du système de gestion de l'offre.

Selon les candidats du NPD, du PLC et du BQ dans la circonscription, les agriculteurs québécois ne font pas le poids contre les intérêts conservateurs dans l'ouest du pays et ces intérêts pourraient menacer le système de gestion de l'offre.

Quand mon chef dit qu'on va protéger la gestion de l'offre et qu'on ne mettra plus ça sur la table, il faut le croire!, a soutenu Bernard Généreux. Cet engagement fait partie du « contrat régional » offert par le Parti conservateur aux électeurs du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, dévoilé la semaine dernière.

Cette déclaration a fait réagir ses opposants.

Simon Bérubé, pendant le débat.

Simon Bérubé, candidat du Bloc québécois dans la circonscription

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Vous n'êtes pas capable de passer à travers votre caucus pour aller défendre les Québécois, a notamment rétorqué le candidat bloquiste, Simon Bérubé.

Les candidats se sont aussi entendus sur l'importance d'accélérer le processus d'acceptation des travailleurs étrangers temporaires au pays.

Ils ont également réitéré leur confiance envers l'usine de biométhanisation de la SÉMER, et ce, malgré les nombreux problèmes rencontrés depuis sa construction.

Sean English, pendant le débat.

Sean English, candidat du Nouveau Parti démocratique dans la circonscription

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Le candidat néo-démocrate Sean English était présent dans la circonscription pour une première fois depuis le début de la campagne.

Moins impliqué dans les discussions, il a rappelé qu'il souhaitait offrir aux électeurs la possibilité de voter pour son parti et a notamment dit souhaiter voir plus de logements sociaux dans la circonscription.

Avec les informations de Patrick Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !