•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La santé publique veut connaître la perception des gens sur l’environnement et la santé

Un passage pour piéton mène au pavillon Gabrielle-Laramée de Rouyn-Noranda.

Le pavillon Gabrielle-Laramée du Centre intégré de santé et de services sociaux à Rouyn-Noranda.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Luneau

La direction régionale de la santé publique a lancé cette semaine un sondage à Rouyn-Noranda pour connaître la perception des citoyens sur l’environnement et la santé.

Le sondage, qui peut être complété en ligne ou par téléphone, vise à tâter le pouls de la population sur des sujets comme les bruits, les odeurs, la qualité de l’air et des sols ou encore l’eau potable.

La santé publique prévoit utiliser les résultats du sondage pour orienter ses activités d’information et d’intervention. Selon le Dr Stéphane Trépanier, médecin-conseil à la santé publique au CISSS-AT, il est tout aussi important de récolter des données réelles sur le terrain que de savoir comment la population perçoit l’impact de ces enjeux sur leur santé.

Par exemple, si la perception est faible, mais qu’un risque est documenté, on voudra mieux l’expliquer avant de mettre en place des mesures restrictives, souligne-t-il. À l’opposé, si une perception est forte, mais que les données le sont moins, il faut sans doute faire plus de sensibilisation. Dans les deux cas, c’est une façon d’inclure la population dans nos actions.

Le sondage pourrait aussi permettre d’aiguiller la santé publique vers des problématiques moins bien documentées dans certains secteurs et d’y intervenir au besoin.

La démarche débute dans le secteur urbain de Rouyn-Noranda, mais la santé publique espère pouvoir répéter l’exercice dans les autres MRC de la région au cours des prochaines années. Il est déjà prévu que le sondage sera effectué au Témiscamingue au printemps 2022.

C’est à Rouyn-Noranda qu’on a eu le plus de dossiers actifs dernièrement. Parce que ça s’inscrit dans une démarche clinique et que ça peut mener à des actions concrètes rapidement, ça devenait logique de commencer ici, ajoute le Dr Trépanier.

La santé publique espère recueillir les réponses de 500 familles d’ici le 3 octobre prochain. Des résultats pourraient être dévoilés dès cet automne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !